Le frère de George Floyd implore le Congrès de "mettre un terme à la souffrance" des Afro-Américains

  • A
  • A
Philonise Floyd, frère George Floyd
Philonise Floyd a été entendu devant une commission parlementaire mercredi. © POOL / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP
Partagez sur :
Alors que les manifestations contre les violences policières et le racisme se poursuivent un peu partout dans le monde, Philonise Floyd, le frère de George Floyd décédé le 25 mai lors de son interpellation à Minneapolis, a imploré mercredi le Congrès des Etats-Unis de "mettre un terme à la souffrance" des Afro-Américains.

Le frère de George Floyd a imploré mercredi le Congrès des Etats-Unis de "mettre un terme à la souffrance" des Afro-Américains et d'"entendre les appels" de la rue à réformer les forces de l'ordre. "Je suis ici pour vous demander de mettre un terme à la souffrance, de mettre un terme à notre épuisement", a lancé devant une commission parlementaire Philonise Floyd, dont le frère a été tué le 25 mai à Minneapolis par un policier blanc. Très ému, il a expliqué "ne pas pouvoir décrire la douleur" ressentie en regardant la vidéo du calvaire de son frère, asphyxié par l'agent Derek Chauvin qui est resté agenouillé sur son cou pendant près de neuf minutes.

"Faire en sorte qu'il ne soit pas mort pour rien"

"Peut-être qu'en vous parlant aujourd'hui, je pourrais faire en sorte qu'il ne soit pas mort pour rien, qu'il ne devienne pas juste un visage sur des T-shirts, un autre nom sur une liste qui ne cesse de grossir", a poursuivi Philonise Floyd devant la commission judiciaire de la Chambre des représentants, à majorité démocrate.

"S'il vous plaît, écoutez mon appel, écoutez les appels de ma famille, les appels qui montent de la rue dans le monde entier", a-t-il ajouté en référence aux manifestations qui ont suivi la mort de son frère, les plus importantes depuis le mouvement des droits civiques dans les années 1960.

Philonise Floyd plaide pour que "les forces de l'ordre soient la solution et non le problème"

"Honorez-les et adoptez les réformes nécessaires pour faire en sorte que les forces de l'ordre soient la solution et non le problème", a plaidé le quadragénaire, au lendemain des funérailles de son frère à Houston, au Texas.

"Faites en sorte qu'elles rendent des comptes quand elles agissent mal, apprenez-leur à traiter les gens avec empathie et respect et apprenez-leur ce qu'est une force nécessaire, qu'une force létale ne doit être appliquée que quand une vie est en jeu", a-t-il énuméré.