Le départ annoncé d'Angela Merkel affaiblit le couple franco-allemand

, modifié à
  • A
  • A
La chancelière ayant décidé de se retirer de la vie politique dans trois ans, Emmanuel Macron se retrouve isolé sur la scène européenne.
La chancelière ayant décidé de se retirer de la vie politique dans trois ans, Emmanuel Macron se retrouve isolé sur la scène européenne. © LUDOVIC MARIN / AFP
Partagez sur :
La chancelière a annoncé lundi qu'elle ne briguera pas de nouveau mandat en 2021. Ce qui risque de porter un coup d'arrêt à l'approfondissement européen voulu par Emmanuel Macron.
ANALYSE

Sur les photos des réunions du G8, puis du G7, le seul dirigeant européen qui n'avait pas bougé en 15 ans, c'était elle. Sur un Vieux Continent aux leaders balayés les uns après les autres au gré d'élections démocratiques, Angela Merkel faisait figure d'insubmersible. Mais la chancelière allemande, autrefois l'une des femmes les plus puissantes du monde, a fini elle aussi par plier devant des suffrages défavorables. Lundi, après un nouveau revers électoral en Hesse, Angela Merkel a annoncé qu'elle ne serait pas candidate à sa propre succession à la tête de son parti, la CDU, en décembre prochain. Elle a également précisé qu'elle se retirerait de la vie politique après la fin de son mandat de chancelière, en 2021.

Ces décisions entérinent l'affaiblissement de la chancelière au niveau national. Mais pourraient bien avoir d'autres conséquences, plus larges, sur la politique européenne. Car avec le départ d'Angela Merkel, Emmanuel Macron perd une partenaire de poids qui, si elle ne le soutenait pas sur tout, lui apportait au moins un appui de principe sur la nécessité de renforcer, voire de réformer durablement l'Union européenne. "Elle était un facteur de stabilité", analyse auprès d'Europe 1 Isabelle Maras, chercheuse associée au Progressives Zentrum, un think tank progressiste de Berlin. "Emmanuel Macron et elle pouvaient parler ouvertement d'Europe. C'était une certaine garantie de dialogue, susceptible d'aboutir à des réalisations concrètes."

" Angela Merkel doit 'tenir la boutique'. Le contexte actuel ne paraît donc pas propice à une prise d'initiative politique au niveau européen ou international. "

La tentation de l'immobilisme. Même si elle doit en principe occuper son poste jusqu'en 2021, la chancelière allemande ne pourra pas continuer sur sa lancée. Les trois années à venir risquent d'être marquées par l'immobilisme d'une dirigeante plus soucieuse de ne froisser aucun de ses alliés allemands (la conservatrice CSU d'un côté et les sociaux-démocrates du SPD de l'autre, qui composent pour l'instant sa grande coalition) que d'avancer sur les dossiers européens. "Elle va encore moins bouger" que d'habitude, anticipe Jean-Dominique Giuliani, président de la Fondation Robert Schuman, auprès de L'Opinion. "Angela Merkel doit 'tenir la boutique'. Il ne faut pas oublier qu'elle dipose d'une marge de manœuvre plus limitée, en tant que chancelière, qu'Emmanuel Macron en tant que président de la République", abonde Isabelle Maras. "Il lui faut composer avec les dynamiques politiques internes, alors que le parti d'extrême droite AFD dispose de 94 sièges au Bundestag. Désormais, la priorité va être la préparation de l'après, à savoir sa succession et la gestion de son héritage politique. Le contexte actuel ne paraît donc pas propice à une prise d'initiative politique au niveau européen ou international."

Des dossiers en suspens... Qu'adviendra-t-il donc des dossiers encore en suspens, comme la taxation des géants du numérique (GAFA) ou l'élaboration d'une défense européenne ? Angela Merkel avait également fini par avancer sur la question du budget de la zone euro, même si le projet arrêté était encore flou, et dans tous les cas beaucoup moins ambitieux que le souhait initial d'Emmanuel Macron. Avec le départ programmé de la chancelière, tous ces dossiers "ne devraient pas occuper le devant de la scène", estime Isabelle Maras. "Mais tout dépend de la solidité de la coalition" entre la CDU-CSU et le SPD. "Si cette 'große Koalition', déjà mise à mal, finit par exploser, Angela Merkel devra quitter son mandat de chancelière plus tôt que prévu. Dans l'attente d'un nouveau gouvernement, les projets en cours resteront en suspens. Si cette coalition parvient à se maintenir, les ministres poursuivront leur travail mais sur la ligne négociée jusqu'ici et en mode de gestion des affaires courantes, jusqu'à ce que le contexte politique [la nouvelle direction de la CDU, ndlr] soit clarifié."

" Avec Jens Spahn ou Friedrich Merz [à la place d'Angela Merkel], Emmanuel Macron pourrait être exposé à une opposition plus franche. "

…dont l'avenir est suspendu au successeur de Merkel. La chercheuse pointe aussi l'importance que jouera le successeur d'Angela Merkel dans la poursuite de la coopération franco-allemande initiée. Pour l'instant, sur les trois candidats qui se sont manifestés, Annegret Kramp-Karrenbaueuer, Jens Spahn et Friedrich Merz, les deux derniers sont clairement sur des lignes différentes, respectivement plus conservatrice et plus libérale. Des initiatives telles que le budget de la zone euro ou la taxation des GAFA au niveau européen, qui sont déjà très délicates à négocier actuellement, pourraient l'être encore plus avec eux aux manettes. "La taxation des GAFA était déjà mal partie, avec une volonté allemande de botter en touche depuis quelques mois", rappelle Isabelle Maras. "L'Allemagne craint des mesures de rétorsion américaines, en particulier sur son industrie automobile."

Le ministre des Finances, Olaf Scholz, s'était d'ailleurs prononcé la semaine dernière pour un impôt mondial plutôt qu'européen. Ce qui était déjà un moyen de calmer les ardeurs françaises. "Avec Spahn ou Merz aux commandes, Emmanuel Macron pourrait être exposé, sur ce dossier comme dans d'autres domaines, à une opposition plus franche encore", conclut Isabelle Maras. Si Annegret Kramp-Karrenbaueuer ne s'est que peu exprimée jusqu'ici sur les sujets européens, sa proximité avec Angela Merkel laisse penser qu'elle serait une partenaire plus souple avec laquelle composer pour le président français. "Avec elle, il serait en terrain plus connu. 'AKK' a un style politique similaire à celui de la chancelière, à savoir posé, structuré. Elle témoigne elle aussi d'une grande simplicité."

Un tandem récemment fragilisé. Récemment, le couple franco-allemand avait pris un peu de plomb dans l'aile. La stratégie ouvertement adoptée par Emmanuel Macron pour les élections européennes, qui consiste à opposer les nationalistes (gouvernement italien et hongrois, partis d'extrême droite dans tous les pays) au camp des "progressistes" dont il serait le leader, a passablement agacé Berlin. Il y a quelques semaines, la décision unilatérale d'Angela Merkel de suspendre les livraisons d'armes à l'Arabie Saoudite, en réaction à l'assassinat du journaliste Jamal Khashoggi, a fortement déplu à Paris. Et Emmanuel Macron n'a pas retenu ses mots contre la chancelière, estimant qu'il s'agissait de "pure démagogie" saupoudrée d'hypocrisie.

Macron n'a pas d'autres alliés. Mais même lorsqu'il tanguait, le tandem franco-allemand tenait. Les autres alliés de poids potentiels pour Emmanuel Macron ne sont plus des options : le Royaume-Uni est en plein Brexit, l'Italie est dans le camp des "nationalistes" honnis et l'Espagne est inaudible. Le président français n'a pas beaucoup d'autres possibilités d'alliance. L'Europe du nord est hostile à un budget de la zone euro tandis que le "groupe de Visegrad" qui rassemble la Pologne, la Hongrie, la République tchèque et la Slovaquie, refuse de jouer le jeu de la coopération européenne sur le sujet de l'immigration. Le départ annoncé d'Angela Merkel a donc réduit à peau de chagrin le camp des "progressistes". Privé de sa principale alliée, Emmanuel Macron se retrouve isolé sur la scène européenne.