Le chef de la police de Houston critique Trump : "Jeter de l’huile sur le feu ne sert à rien"

, modifié à
  • A
  • A
Art Acevedo chef de la police de Houston Texas SERGIO FLORES / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP 9:42
Art Acevedo, à gauche, a vivement critiqué Donald Trump. © SERGIO FLORES / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP
Partagez sur :
Le chef de de la police de Houston, Art Acevedo, avait vivement critiqué Trump sur CNN, une séquence devenue virale sur internet. Il a réitéré ses propos, vendredi matin sur Europe 1. "Il faut savoir se tenir, nous sommes les États-Unis d’Amérique", a taclé le policier.
INTERVIEW

Son coup de gueule contre Donald Trump a fait le tour de la planète. Art Acevedo, le chef de la police de Houston, a conseillé Donald Trump de "fermer sa bouche" s'il n'avait "rien de constructif à dire" sur la mort de George Floyd, lundi sur la chaîne d'informations CNN. Le policier a réitéré ses critiques, vendredi matin sur Europe 1. 

"Il faut savoir se tenir, nous sommes les États-Unis d’Amérique. Nous nous devons d'apporter de l’espoir, les uns les autres. Les individus qui ne veulent pas faire avancer le débat dans le bon sens feraient mieux de ne rien dire du tout. Jeter de l’huile sur le feu ne sert à rien", a dénoncé Art Acevedo. George Floyd, cet Afro-Américain tué par des policiers blancs à Minneapolis, est originaire de la ville de Houston, où ses funérailles auront lieu lundi. 

"Nous espérons que le président sera dans un discours plus constructif avec le peuple américain"

Depuis le début des manifestations contre la mort de George Floyd, le président Donald Trump a adopté une posture dure, voire martiale. Une ligne politique qui suscite de vives critiques, y compris au sein du parti républicain. "Je pense qu’il donne un évaluation individuelle à chaque personne sous ses ordres. Nous avons besoin maintenant de mots qui comptent, nous n’avons pas besoin de leçons, d’aucun leader dans le pays", a poursuivi Art Acevedo. 

"Nous avons tous besoin de venir ensemble nous exprimer d’une manière qui favorise la cicatrisation des plaies, qui favorise la confiance et la responsabilité, ce qui amènera à la paix et à la réconciliation. Il faut aller de l’avant et nous espérons que le président sera dans un discours plus constructif avec le peuple américain". 

"Il faut mettre à l'écart les policiers qui violent le serment de confiance"

"La seule chose qui pourrait éteindre les flammes de la haine et de la colère, c’est l’amour. Il n’y a que l’amour, alors j’espère qu’on pourra s’aimer les uns les autres et qu’on arrivera à une politique et à des lois qui mettent à l’écart les officiers qui violent le serment de confiance", a assuré Art Acevedo, en référence aux policiers (blancs) responsables de la mort de George Floyd

"Ce ne sont plus des policiers. Ceux qui font bien leur travail méritent qu’on fasse tout notre possible pour écarter tous ceux qui violent le code d’honneur de la police américaine", a-t-il estimé. 

Houston, la ville où George Floyd a grandi

Houston a été particulièrement émue par la mort de George Floyd, qui a grandi (et où une partie de sa famille réside) dans la ville texane. Ses funérailles, qui auront lieu lundi, devraient accueillir une immense foule, venue des quatre coins des Etats-Unis. 

"Nous nous attendons à ce que les manifestations se poursuivent, mais dans le calme. Houston est la grosse ville américaine avec la population la plus variée. Jusqu’ici, les communautés sont dans un état d’esprit formidable. Il peut y avoir des colères, mais nous aimons tous cette ville. Houston est forte et nous faisons tout ce qu’il faut pour assurer la sécurité des uns et des autres", a conclu Art Acevedo.