Le célibat des prêtres, "don pour l'Église", n'est pas "optionnel", affirme le pape

, modifié à
  • A
  • A
"Personnellement, je pense que le célibat est un don pour l'Église", a déclaré le pape François.
"Personnellement, je pense que le célibat est un don pour l'Église", a déclaré le pape François. © ALESSANDRA TARANTINO / POOL / AFP
Partagez sur :
Sur le chemin du retour du Panama, le pape François a rejeté la possibilité d'ouvrir la prêtrise à des hommes mariés, qualifiant le célibat de "don pour l'Église" qui ne peut devenir "optionnel".

Le pape François a clairement rejeté lundi toute remise en cause du célibat des prêtres en vigueur dans le catholicisme romain, qualifié de "don pour l'Église" qui ne peut devenir "optionnel", lors d'une conférence de presse dans l'avion qui le ramenait du Panama.

Le célibat n'est pas optionnel pour les prêtres. "Personnellement, je pense que le célibat est un don pour l'Église. Deuxièmement, je ne suis pas d'accord pour permettre que le célibat soit optionnel. Non", a déclaré le pape, interrogé sur l'éventuel mariage des prêtres ou l'ordination d'hommes mariés dans le rite romain de l'Église catholique.

Il a néanmoins envisagé "quelques possibilités pour des endroits très reculés", en mentionnant les îles du Pacifique ou l'Amazonie quand "il y a une nécessité pastorale". "C'est une chose en discussion avec les théologiens, ce n'est pas ma décision", a-t-il prudemment ajouté.

Une différence entre le rite romain et le rite oriental. Les catholiques de rites orientaux admettent l'ordination comme prêtres d'hommes mariés, à condition de choisir avant le diaconat d'être marié ou célibataire. Le diaconat, premier degré de prêtrise, permet de prêcher, baptiser et servir à l'autel. La prêtrise permet ensuite d'être pleinement en charge d'une paroisse. Concernant le rite romain, observé par l'immense majorité des catholiques, le pape a insisté sur son rejet de telles pratiques.

"Ma décision, c'est que le célibat optionnel avant le diaconat : non. C'est mon opinion personnelle. Mais je ne le ferai pas, que cela reste clair. Je peux peut-être sembler fermé là-dessus mais je ne me sens pas de paraître devant Dieu avec cette décision", a-t-il dit.

"Je préfère donner ma vie que de changer la loi du célibat". Le pape argentin s'est également appuyé sur une phrase du pape Paul VI sur le célibat ("Je préfère donner ma vie que de changer la loi du célibat"), en ajoutant : "Il faut redire cette phrase car c'est une phrase courageuse, au moment le plus difficile, 1968", une référence aux mouvements de contestation étudiants un peu partout dans le monde.

Un célibat qui n'a pas toujours eu cours. Le pape François a rappelé à plusieurs reprises que l'interdiction de l'ordination d'hommes déjà mariés n'était pas un point de doctrine figé, semblant ainsi ouvrir le débat et semant le trouble dans certains rangs catholiques. La pratique du mariage a existé pendant des siècles, et les textes bibliques indiquent que l'apôtre Pierre avait une belle-mère. L'obligation d'être célibataire pour entrer dans le clergé de l'Église catholique latine remonte seulement au 11ème siècle.

Des hommes mariés qui pourraient être ordonnés ? En mars 2017, le pape François avait publiquement annoncé "réfléchir" à la possibilité d'ordonner des "viri probati", des hommes mariés d'âge mûr impliqués dans l'Église, excluant donc cette ouverture pour les jeunes hommes, et bien sûr les femmes. L'hypothèse de ces ordinations sera à l'ordre du jour en octobre 2019 du prochain synode dédié à l'Amazonie, immense territoire latino-américain souffrant d'un manque de prêtres autochtones.