L'Aquarius compte poursuivre ses sauvetages en Méditerranée après avoir accosté en Espagne

, modifié à
  • A
  • A
L'accueil des migrants par l'Espagne n'est qu'une solution "ponctuelle" selon SOS Méditerranée
L'accueil des migrants par l'Espagne n'est qu'une solution "ponctuelle" selon SOS Méditerranée © Karpov / SOS MEDITERRANEE / AFP
Partagez sur :
Le bateau de sauvetage qui a recueilli 629 migrants en méditerranée ce week-end va poursuivre ses sauvetages après les avoir débarqué en Espagne, seul pays qui a accepté de les recevoir.

L'Aquarius compte poursuivre ses sauvetages au large de la Libye au nom "du droit maritime international" et du devoir "d'assistance à personne en détresse", lorsque les 629 rescapés qui sont à bord seront arrivés en Espagne, a affirmé mardi la directrice de l'ONG qui l'affrète.

Les États "doivent trouver des solutions acceptables". "Une solution ponctuelle" a été trouvée avec l'accueil par l'Espagne de ces migrants, ce qui constitue un "message politique important" après le refus de l'Italie et de Malte, a salué la directrice générale de SOS Méditerranée, Sophie Beau. Mais "les sauvetages vont continuer et il faut absolument que les États européens discutent entre eux pour trouver des solutions acceptables" pour prendre en charge les rescapés à terre, a-t-elle poursuivi.

"Il faut plus de moyens de sauvetage sur zone". "Notre mission, c'est de faire du sauvetage en mer (...) en totale conformité avec le droit maritime international", a rappelé la responsable de cette association fondée à Marseille et financée par des dons privés. Cette mission se poursuivra "tant que des personnes se noient en Méditerranée, tant qu'on en aura les moyens, et tant qu'on nous laisse agir et qu'on ne nous écarte pas de la zone par des moyens détournés", a-t-elle ajouté. "L'Italie ne peut pas et ne pourra pas porter seule le poids" du flux migratoire, a souligné Sophie Beau, alors que les départs devraient s'intensifier avec les beaux jours. "Il faut plus de moyens de sauvetage sur zone" et "une perspective d'accueil de ces personnes si l'Italie continue de fermer ses portes", a-t-elle poursuivi.

"On a encore 1.500 kilomètres à parcourir avec (...) des conditions critiques". En mer, les équipes de l'Aquarius attendent désormais l'arrivée de deux navires italiens qui doivent prendre en charge une grande partie des migrants secourus ce week-end au large de la Libye, pour les conduire, avec la centaine qui resteront sur le bateau humanitaire, jusqu'à Valence, en Espagne. "On ne sait pas encore quand on va partir, et on a encore 1.500 kilomètres à parcourir avec des personnes secourues pour certaines dans des conditions critiques. Il commence à y avoir de la tension à bord", a-t-elle décrit. "Pendant ce temps, l'Aquarius, qui est le plus gros bateau de secours en Méditerranée, va être éloigné de la zone de sauvetage", au large de la Libye.