Jeune fille au pair tuée à Londres : premiers aveux des meurtriers présumés

, modifié à
  • A
  • A
Deux Français, ses employeurs présumés avaient été arrêtés en septembre, et inculpés pour meurtre. © AFP
Partagez sur :

Le couple de Français inculpé du meurtre de Sophie Lionnet a plaidé coupable d'entrave à la justice vendredi pour avoir tenté de se "débarrasser" du corps "en le brûlant".

Le couple inculpé du meurtre de Sophie Lionnet, jeune Française au pair retrouvée morte en septembre à Londres, a reconnu vendredi devant la justice britannique avoir tenté de faire disparaître son corps en le brûlant.

Deux Français inculpés. Le cadavre calciné de cette jeune fille de 21 ans, originaire de Troyes, dans le nord-est, avait été retrouvé le 20 septembre dans le jardin d'une propriété du sud-ouest de la capitale britannique. Deux Français, ses employeurs présumés, Ouissem Medouni, 40 ans, et Sabrina Kouider, 34 ans, avaient été arrêtés dans la foulée, et inculpés pour meurtre

Ils nient le meurtre mais reconnaissent avoir tenté de brûler le cadavre. Les autorités britanniques n'ont à ce stade révélé aucun détail sur les circonstances de la mort de la jeune au pair, que les deux Français nient avoir tuée. Vendredi, devant la cour criminelle de l'Old Bailey, à Londres, ils ont en revanche plaidé coupable d'entrave à la justice pour avoir tenté de se "débarrasser" du corps "en le brûlant", selon les termes retenus pour ce chef d'inculpation.

Ouverture du procès le 19 mars. Sabrina Kouider, chemise blanche et veste noire, était en larmes lorsqu'elle s'est assise dans la salle d'audience, d'après l'agence britannique Press Association. Ouissem Medouni, en sweatshirt bordeaux, a lui marqué une pause avant de plaider coupable d'entrave à la justice. Leur procès, prévu sur cinq semaines, doit s'ouvrir le 19 mars.