Italie : Salvini menace de nouveau de renvoyer des migrants en Libye

  • A
  • A
Le ministre avait menacé dès dimanche de renvoyer les migrants vers la Libye si aucune solution européenne n'était trouvée.
Le ministre avait menacé dès dimanche de renvoyer les migrants vers la Libye si aucune solution européenne n'était trouvée. © TIZIANA FABI / AFP
Partagez sur :
Le ministre italien de l'Intérieur a une nouvelle fois menacé de renvoyer en Libye des migrants, dont environ 170 se trouvent actuellement sur un navire à Catane, en Sicile, avec interdiction de débarquer.

Le ministre italien de l'Intérieur Matteo Salvini a une nouvelle fois menacé, mardi, de renvoyer en Libye des migrants, dont environ 170 se trouvent actuellement sur un navire à Catane, en Sicile, avec interdiction de débarquer.

"Soit l'Europe commence à défendre sérieusement ses frontières et partage l'accueil des immigrés, soit nous commencerons à les ramener dans les ports d'où ils sont partis", a écrit sur son compte Twitter Matteo Salvini qui est également vice-Premier ministre et le chef de la Ligue (extrême droite). "L'Italie a déjà accompli son devoir, et quand c'est trop, c'est trop", a conclu le ministre.

Arrivés en Sicile dans la nuit de lundi à mardi. Environ 170 migrants se trouvent sur le navire des gardes-côtes italiens Diciotti arrivé dans le port de Catane dans la nuit de lundi à mardi "pour une escale technique" et n'ont pas été autorisés à débarquer, cinq jours après avoir été secourus. Matteo Salvini a été contraint d'autoriser l'accostage du Diciotti pour permettre aux gardes-côtes italiens d'effectuer la rotation prévue, mais refuse le débarquement des migrants tant que d'autres pays de l'Union européenne ne se seront pas engagés à prendre en charge une partie d'entre eux.

Rome réclame à Malte d'accueillir ces migrants. Le ministre avait menacé dès dimanche de renvoyer les migrants vers la Libye si aucune solution européenne n'était trouvée. Le navire des gardes-côtes italiens était bloqué depuis jeudi devant l'île italienne de Lampedusa, faute d'avoir la permission d'accoster, le gouvernement populiste italien réclamant à Malte d'accueillir ces migrants. La situation s'est débloquée, au moins pour l'équipage italien du navire, quand le ministre des Transports et des Infrastructures, Danilo Toninelli, a autorisé lundi l'accostage du Diciotti à Catane. Le gouvernement maltais, qui avait laissé mercredi le navire humanitaire Aquarius accoster avec 141 migrants à son bord après un accord sur leur répartition dans plusieurs pays européens, a affirmé que les migrants du Diciotti avaient refusé l'aide d'une vedette maltaise parce qu'ils voulaient gagner Lampedusa.