Italie : des maires lancent une fronde contre la loi anti-immigration de Matteo Salvini

, modifié à
  • A
  • A
Le maire de Palerme Leoluca Orlando s'oppose frontalement à Matteo Salvini.
Le maire de Palerme Leoluca Orlando s'oppose frontalement à Matteo Salvini. © MARCELLO PATERNOSTRO / AFP
Partagez sur :
Les maires de Palerme, Naples, Florence ou encore Parme ont décidé de suspendre l'application de la loi anti-immigration de Matteo Salvini dans leurs communes.

Plusieurs maires de grandes villes italiennes ont annoncé qu'ils n'appliqueraient pas le décret-loi sécurité et immigration du ministre de l'Intérieur et chef de l'extrême droite Matteo Salvini, à commencer par le maire de Palerme qui juge le texte "inhumain" et "criminogène". Le maire de centre-gauche de la capitale sicilienne, Leoluca Orlando, a inauguré la fronde en expliquant jeudi à la radio publique italienne qu'il "suspendait l'application de la loi pour ce qui relève des compétences des communes". 

Une loi "criminogène". "C'est un texte inhumain parce qu'il viole les droits de l'Homme, et criminogène parce qu'il transforme en illégaux des personnes qui se trouvent légitimement sur notre territoire", a ajouté Leoluca Orlando. Le maire conteste en particulier la mesure qui interdit l'obtention du droit de résidence à une personne disposant d'un permis de séjour sur le territoire. Elle prive les mairies de la possibilité de délivrer une carte d'identité ou une inscription au service sanitaire national, cette dernière étant obligatoire pour accéder aux prestations de santé comme le médecin de famille.

"Tu veux désobéir ? Je ne t'envoie pas l'armée". La réplique de Matteo Salvini ne s'est pas fait attendre. "Tu veux désobéir ? Je ne t'envoie pas l'armée", a-t-il répondu au maire sicilien dans une vidéo postée sur Facebook, annonçant qu'il se rendrait prochainement à Palerme pour "livrer aux citoyens une villa avec vue sur mer confisquée à un mafieux".

Plusieurs élus ont cependant emboîté le pas de leur collègue sicilien, parmi lesquels les maires de gauche de Naples et de Florence mais aussi le maire de Parme, Federico Pizzarotti, dissident du Mouvement 5 Etoiles (M5S), le parti populiste qui forme avec la Ligue la coalition au pouvoir en Italie. Matteo Salvini a fait adopter en novembre un décret-loi controversé qui a fortement durci la politique de l'Italie en matière d'immigration. La principale mesure du texte abolit les permis de séjour humanitaires jusqu'à présent accordés aux personnes vulnérables, familles ou femmes seules avec enfants, victimes de traumatismes pendant leur périple vers l'Italie.