Italie : 334 arrestations pour un raid historique contre la mafia

  • A
  • A
Une image extraite d'une vidéo, remise par le bureau de presse des carabiniers, montrant une réunion non datée des patrons du syndicat du crime organisé, à Joppolo, dans le sud de l'Italie.
Une image extraite d'une vidéo, remise par le bureau de presse des carabiniers, montrant une réunion non datée des patrons du syndicat du crime organisé, à Joppolo, dans le sud de l'Italie. © AFP PHOTO / ITALIAN CARABINIERI POLICE FORCES
Partagez sur :
Les carabiniers italiens ont procédé jeudi à un raid "historique" contre la 'Ndrangheta, la mafia calabraise, avec 334 arrestations dans toute l'Italie et jusqu'en Allemagne. L'opération baptisée "Rinascita Scott" est l'aboutissement d'une enquête qui a duré au moins trois ans. 

Il s'agit de la plus grosse opération anti-mafia de ces 30 dernières années en Italie. Plus de 3.000 carabiniers ont été mobilisés jeudi matin, pour mener ce raid de manière simultanée sur tout le territoire italien, et même au-delà, en Allemagne ou encore en Bulgarie. Au total, 15 millions d'euros de biens ont été saisis et 334 personnes arrêtées. Toutes sont des membres de la 'Ndrangheta, cette mafia originaire de Calabre, dans le sud du pays, et qui est connu comme la plus puissante de l'Italie.

Des poursuites allant de l'association de malfaiteurs aux homicides

L'opération baptisée "Rinascita Scott" est l'aboutissement d'une enquête qui a duré au moins trois ans. Elle aura permis de démasquer des patrons du réseau criminel. Parmi les suspects, on retrouve des avocats, des entrepreneurs reconnus, un commandant de police et même des responsables politiques. Les personnes arrêtées font l'objet de poursuites allant de l'association de malfaiteurs à caractère mafieux, aux homicides (règlements de compte entre clans) en passant par l'extorsion, l'usure et le blanchiment d'argent sale. Certaines se trouvaient déjà en prison, d'autres ont été placées sous surveillance à leur domicile.

"C'est une journée historique pour la Calabre"

"J'ai été impressionné par le degré de perméabilité dont la 'Ndrangheta a bénéficié dans l'administration et l'appareil de l'État", a commenté Nicola Gratteri, le procureur en charge de l'enquête. Selon lui, c'est bien la preuve que les mafieux s’immiscent au plus haut des secteurs en Italie. "C'est une journée historique pour la Calabre. Il s'agit du plus gros coup de filet depuis celui qui avait mené au maxi-procès de Palerme (475 accusés, jugés de février 1986 à décembre 1987, ndlr)" contre la mafia sicilienne, s'est félicité Nicola Gratteri.

Europe 1
Par Blandine Hugonnet avec AFP