Israël frappe l'artillerie syrienne en riposte à un tir sur le Golan

, modifié à
  • A
  • A
Les tensions entre Israël et la Syrie se sont avivées avec l'engagement du Hezbollah et de l'Iran. (Photo d'illustration)
Les tensions entre Israël et la Syrie se sont avivées avec l'engagement du Hezbollah et de l'Iran. (Photo d'illustration) © JALAA MAREY / AFP
Partagez sur :
Le côté israélien du plateau du Golan est régulièrement atteint par des projectiles venus de Syrie et souvent considérés comme des tirs perdus.

L'armée israélienne a indiqué avoir frappé lundi une pièce d'artillerie de l'armée syrienne en réponse à la chute d'un obus de mortier sur la partie du Golan occupée par Israël. L'obus de mortier semble provenir d'un tir perdu lié à la guerre en cours du côté syrien de la ligne de démarcation, a précisé l'armée israélienne dans un communiqué.

L'armée israélienne "tient le régime syrien pour responsable, et ne tolérera aucune atteinte à la souveraineté israélienne ni à la sécurité des civils israéliens", a-t-elle ajouté. Depuis la guerre de 1967, Israël occupe 1.200 km² du Golan, dont l'annexion en 1981 n'a jamais été reconnue par la communauté internationale, alors que les quelque 510 km² restants sont sous contrôle syrien.

Vives tensions. Israël et la Syrie restent officiellement en état de guerre. La ligne de cessez-le-feu était considérée comme relativement calme jusqu'à l'éclatement de la guerre civile en Syrie en 2011. Le côté israélien du plateau du Golan a régulièrement été atteint par des projectiles venus de Syrie et souvent considérés comme des tirs perdus, auxquels Israël répond généralement en frappant des positions syriennes.

Les tensions entre les deux pays se sont avivées avec l'engagement du Hezbollah et de l'Iran, deux des grands ennemis d'Israël, au côté du régime de Bachar al-Assad, jusqu'à éveiller récemment le spectre d'une confrontation entre Israël et l'Iran autour du théâtre syrien.