Israël : Benjamin Netanyahou entendu par la police pour corruption présumée

  • A
  • A
© MENAHEM KAHANA / POOL / AFP
Partagez sur :
Benjamin Netanyahou est interrogé dans l'affaire Bezeq sur ses liens avec Shaul Elovitch, homme d'affaires qui contrôle le principal groupe de télécommunications israélien.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou est à nouveau entendu vendredi à Jérusalem par la police dans l'une des enquêtes pour corruption présumée menaçant son long règne, selon les médias.

Des liens avec un puissant homme d'affaires. Les enquêteurs sont arrivés dans la matinée à la résidence de Benjamin Netanyahou pour l'interroger dans l'affaire Bezeq sur ses liens avec Shaul Elovitch, homme d'affaires qui contrôle le principal groupe de télécommunications israélien, indiquent les médias. La police et les services du Premier ministre ne confirment jamais ces auditions tant qu'elles sont en cours. Benjamin Netanyahou a été interrogé une douzaine de fois en tant que suspect ou témoin dans les dossiers le concernant.

Des faveurs gouvernementales. Dans l'affaire Bezeq, la police cherche à savoir si le couple Netanyahou a tenté de s'assurer une couverture propice de la part du site d'informations Walla, propriété de Shaul Elovitch, en contrepartie de faveurs gouvernementales qui pourraient avoir rapporté des centaines de millions de dollars à Bezeq, selon la presse. Cette affaire, ouverte en 2017, a éclaté le 18 février 2018 dans toute sa dangerosité pour le Premier ministre, avec l'arrestation de Shaul Elovitch et de six autres personnes, dont deux proches collaborateurs de Benjamin Netanyahou.

"Une chasse aux sorcières". Benjamin Netanyahou détenait jusqu'en 2017 le portefeuille des Communications, en plus du poste de chef de gouvernement. Benjamin Netanyahou avait été entendu plus de cinq heures dans la même affaire en juillet. L'interrogatoire de vendredi pourrait être le dernier dans ce dossier, ont dit les médias. Dans cette enquête comme dans les autres, il assure n'avoir rien à se reprocher, dénonce une "chasse aux sorcières" et affirme sa ferme intention de rester à son poste.

S'il n'a été formellement mis en cause dans aucun des dossiers, la police a recommandé le 13 février son inculpation dans deux d'entre eux, l'un touchant à des cadeaux qu'il aurait indûment reçus de riches personnalités, l'autre à un accord secret qu'il aurait tenté de conclure avec un quotidien populaire pour une couverture favorable. La décision de l'inculper ou non est depuis lors entre les mains du procureur général.

Europe 1
Par Europe1.fr avec AFP