Islande : plainte contre la société qui a harponné une baleine hybride

  • A
  • A
La baleine est issue d'un croisement entre une baleine bleue et un rorqual.
La baleine est issue d'un croisement entre une baleine bleue et un rorqual. © ROBERT READ / SEA SHEPHERD GLOBAL / AFP
Partagez sur :
Une baleine, issue d'un croisement entre une baleine bleue et un rorqual, a été harponnée le mois dernier en Islande par une société, qui aurait enfreint la loi selon une association. 

Une association islandaise de protection des animaux a annoncé jeudi avoir porté plainte contre la société qui a harponné le mois dernier une baleine hybride, un temps considérée comme une baleine bleue, ce qui avait inquiété des ONG. Selon l'association Jardarvinir, créée il y a un an, l'unique entreprise islandaise de chasse au rorqual commun, Hvalur hf., aurait enfreint la loi et violé les droits que lui accorde son permis de chasse en tuant en juillet un hybride, spécimen rare issu d'un croisement entre une baleine bleue et un rorqual, et sans doute incapable de se reproduire.

Pour un retrait de la licence. "D'après la licence, la chasse est limitée aux seuls rorquals communs sans exception", a déclaré Ragnar Adalsteinsson, avocat de l'association. "C'est une interprétation de la loi qu'il appartiendra au procureur général de trancher". L'avocat demande l'ouverture d'une enquête et le retrait de la licence. L'étude du dossier par le procureur général - qui jugera la recevabilité de la plainte - devrait toutefois prendre plusieurs semaines, selon Ragnar Adalsteinsson.

Aucune loi sur la chasse aux baleines hybrides. L'affaire avait déclenché de vives réactions en Islande après les accusations d'une association de défense des animaux affirmant qu'une baleine bleue avait été harponnée, une première depuis 50 ans. Face à l'ampleur des critiques, des analyses ADN ont rapidement été pratiquées, révélant qu'il s'agissait d'un hybride. Aucune loi ne régit la chasse à la baleine hybride. En revanche, son commerce est encadré par la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES). Le Marine & Freshwater Research Institute a identifié cinq individus hybrides de "première génération" parmi les prises des pêcheurs islandais depuis 1983, sur des centaines.