Grèce : le chef du parti néonazi Aube dorée coupable, incidents devant le palais de justice

, modifié à
  • A
  • A
Nikos Michaloliakos Aube dorée Grèce Aris MESSINIS / AFP
Nikos Michaloliakos, le fondateur et chef du parti néonazi Aube dorée. © Aris MESSINIS / AFP
Partagez sur :
Le fondateur et chef du parti néonazi grec Aube dorée a été reconnu coupable mercredi de "direction d'une organisation criminelle". Une foule de 15.000 manifestants a salué le verdict, avant que des incidents n'éclatent devant le tribunal. 

Le fondateur et chef du parti néonazi grec Aube dorée a été reconnu coupable mercredi de "direction d'une organisation criminelle", une décision qui a provoqué une explosion de joie devant le palais de justice, des jets de cocktails molotov et des tirs de gaz lacrymogènes par la police. Le verdict a été accueilli par des applaudissements dans la salle d'audience ainsi que des cris de joie des quelque 15.000 manifestants réunis devant le tribunal d'Athènes

Lorsque des manifestants ont commencé à lancer des cocktails molotov, la police en nombre a tiré des gaz lacrymogènes et des grenades assourdissantes, utilisant également des canons à eau, a constaté une journaliste de l'AFP.

Le procès fleuve du parti néonazi Aube dorée

Nikos Michaloliakos, 62 ans, négationniste et admirateur du national-socialisme, a été reconnu coupable de "direction et appartenance à une organisation criminelle", ainsi que six autres cadres du parti. Il était l'un des 68 accusés du procès fleuve du parti néonazi, impliqué dans un meurtre et deux tentatives d'homicides. La cour pénale d'Athènes a également reconnu Yorgos Roupakias, membre d'Aube dorée, coupable du meurtre d'un rappeur antifasciste en 2013.

Le militant de gauche Pavlos Fyssas, avait été assassiné à l'arme blanche dans la nuit du 18 septembre 2013, à l'âge de 34 ans, devant un café de son quartier de Keratsini, une banlieue de l'ouest d'Athènes. Son meurtrier, qui a reconnu l'avoir tué, risque la prison à perpétuité. Les peines n'ont pas été annoncées mercredi.