Comment les Américains voient-ils la procédure d'impeachment contre Trump ?

, modifié à
  • A
  • A
Donald Trump à la Maison-Blanche en août 2019
Donald Trump à la Maison-Blanche en août 2019 © JIM WATSON / AFP
Partagez sur :
La lutte féroce entre Donald Trump et les démocrates se déplace mercredi sous l’œil des caméras, avec les premières auditions publiques au Congrès américain dans le cadre de l'enquête visant à destituer le président républicain, soupçonné d'abus de pouvoir. 
REPORTAGE

L’affaire de l’impeachement creuse des tranchées un peu plus profonde dans l'Amérique déjà divisée de l’ère Trump. Le chef d'Etat, soupçonné d'avoir demandé au président ukrainien d'enquêter sur son rival politique Joe Biden, fait depuis septembre l'objet d'une enquête du Congrès, initiée par le camp démocrate. La lutte entre Donald Trump et les démocrates se déplace mercredi sous l’œil des caméras, avec les premières auditions publiques au Congrès américain. 

Dans l’Iowa rural, Mark est persuadé que son président est victime d’un complot. C’est Fox News, la chaîne conservatrice et soutien de Donald Trump, qui le lui répète à longueur de journée. En 2016, cet électricien de 35 ans était allé voter pour la première fois de sa vie pour le faire élire. "Trump était un outsider. Les démocrates l’attaquent juste parce qu’il veut faire des réformes qui ont du sens."

Chez les démocrates, une question de principe

Et peu importe les révélations et les témoignages, les républicains restent derrière Donald Trump, semblent pointer les sondages. Si les sympathisants démocrates étaient, eux, hésitants au sujet de l'Impeachment, ils en font désormais une question de principe, explique Ryan, un ingénieur du Texas. "On ne sait pas ce que ça va donner, mais si on ne fait pas cette procédure de destitution, cela revient à dire ‘ce qu’il a fait c’est ok'. Et ça, c’est encore plus dangereux."

Avec les auditions techniques, les élus démocrates espèrent exposer au grand jour les méfaits de Donald Trump et convaincre les Américains encore indécis que le président mérite d’être destitué. 

Europe 1
Par Xavier Yvon édité par Laetitia Drevet