Coronavirus : les mesures de confinement ont évité 3 millions de morts dans 11 pays européens

, modifié à
  • A
  • A
Coronavirus confinement
Un confinement strict a été adopté dans de nombreux pays européens à partir du mois de mars. © AFP
Partagez sur :
Les scientifiques de l'Imperial College de Londres estiment que "le confinement a eu un effet substantiel" sur le contrôle de l'épidémie, dans les pays européens qui l'ont adopté.

Les mesures de confinement décidées pour faire face au coronavirus ont été efficaces pour reprendre le contrôle de la pandémie et ont permis d'éviter 3,1 millions de morts dans onze pays européens. C'est ce que démontre une étude publiée lundi et réalisée par l'Imperial College de Londres, dont les scientifiques conseillent le gouvernement britannique sur la crise sanitaire.

Cette étude analyse les principales mesures prises dans 11 pays dont la France, telles que l'interdiction des événements publics, la restriction des déplacements ou la fermeture des commerces et des écoles. "Mesurer l'efficacité de ces mesures est important, étant donné leur impact économique et social", soulignent ses auteurs, alors que l'ampleur des effets collatéraux du confinement est régulièrement questionnée et que certaines voix s'élèvent, notamment au Royaume-Uni, pour réclamer l'accélération de la levée des restrictions.

Baisse du taux de reproduction du virus

Les chercheurs ont comparé le nombre de décès recensés sur la base de données du Centre européen de prévention et contrôle des maladies avec le nombre de décès qu'il y aurait eu en l'absence de mesures de contrôle, estimé par modélisation mathématique. Ils concluent que les mesures mises en place ont permis d'éviter environ 3,1 millions de décès dans ces pays.

Leur article, publié dans la revue Nature, estime aussi qu'elles ont permis de faire baisser de 82% en moyenne le taux de reproduction du virus (le nombre de nouvelles personnes contaminées par chaque personne infectée), permettant de le ramener en dessous de 1, seuil en-deçà duquel le nombre de nouveaux cas diminue.

Les chercheurs calculent par ailleurs qu'au 4 mai, 12 à 15 millions de personnes ont été infectés par le coronavirus (soit 3,2% à 4% de la population en moyenne, avec d'importantes variations selon les pays). La Belgique aurait ainsi le taux d'infection le plus élevé, avec 8% de la population ayant contracté le coronavirus, suivie par l'Espagne (5,5%), le Royaume-Uni (5,1%) et l'Italie (4,6%). Ce chiffre serait de 3,4% en France. Inversement, seuls 710.000 Allemands auraient contracté le virus, soit 0,85% de la population.

Le maintien de mesures "doit être envisagé"

Les auteurs soulignent que les mesures s'étant succédé selon un calendrier rapproché, il est difficile d'évaluer l'impact de chacune d'entre elles séparément. Ils concluent néanmoins que "le confinement a eu un effet substantiel" sur le contrôle de l'épidémie. "Le maintien de mesures doit être envisagé pour garder la transmission du SARS-CoV-2 sous contrôle", ajoutent-ils.

Les chercheurs observent qu'une des limites de leur modélisation est qu'elle fait l'hypothèse qu'une mesure donnée a eu le même effet partout, alors qu'en réalité "il y a eu des variations dans l'efficacité du confinement selon les pays".Les 11 pays étudiés sont l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, le Danemark, l'Espagne, la France, l'Italie, la Norvège, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse.