Coronavirus : dans l'Italie confinée, la livraison à domicile bat son plein

  • A
  • A
Livreur Italie 1:31
En Italie, à cause du confinement, les habitants se font livrer leur nourriture. © Alberto PIZZOLI / AFP
Partagez sur :
À Milan, Roberto silionne les rues pour approvisionner en nourriture les Italiens confinés depuis déjà une semaine. Soucieux de rester chez eux pour éviter toute contamination au coronavirus, certains n'ouvrent même plus la porte au livreur, accrochant à la poignée un sac d'argent. 
REPORTAGE

Pendant que la France fait le deuil de ses sorties au café, en Italie, où les mêmes mesures radicales ont été prises il y a déjà une semaine en raison du coronavirus, la livraison de nourriture à domicile est devenu le moyen de subsistance. Les livreurs, masques sur le nez, ne chôment pas, comme Roberto qui pousse à travers les rues de Milan son diable pleins de cartons. À l'intérieur, des pâtes, des légumes, de la viande et du lait. Cette livraison est destinée à un client qui habite à quelques dizaines de mètres du magasin seulement. 

Mais les Italiens confinés chez eux, n'ouvrent désormais leur porte seulement pour récupérer leur livraison. D'ailleurs, Filippo attend que Roberto ait reculé pour prendre ses courses et payer avec sa carte bancaire sans contact. "J'évite de sortir de chez moi. J'applique à la lettre les recommandations du gouvernement. C'est plus sage d’éviter tout contact", explique-t-il au micro d'Europe 1, affirmant qu'il "préfère être très, très prudent" car il "pense que le système de santé italien est sur le point de craquer". 

Certains n'ouvrent même plus la porte

En repartant, Roberto explique qu'il lui arrive de ne même pas voir le client qu'il livre. Certains mettent, en effet, de l'argent dans un sac plastique qu'ils accrochent à la poignée. "Ils ne nous ouvrent même pas la porte. Au début c'était bizarre mais on s'y habitue", conclut celui qui, tout au long de la journée, effectuera une vingtaine de livraisons, le double d'une journée normale.

Europe 1
Par Matthieu Bock édité par Coline Vazquez