Coronavirus : en Italie, "les gens restent éloignés les uns des autres"

, modifié à
  • A
  • A
L'Italie est le pays d'Europe le plus touché par le coronavirus, et compte désormais trois morts. 1:15
L'Italie est le pays d'Europe le plus touché par le coronavirus, et compte désormais trois morts. © Miguel MEDINA / AFP
Partagez sur :
Alors que l'Italie est le pays européen le plus touché par l'épidémie de coronavirus, 11 villes du pays ont été mise en quarantaine, principalement dans la région de la Lombardie. Mais sur place, les Italiens rencontrés par Europe 1 semblent faire confiance aux autorités qui effectuent des contrôles, notamment à l'aéroport de Milan. 
REPORTAGE

Alors qu'un troisième patient est décédé du coronavirus en Italie, une femme atteinte d'un cancer, plus de 152 personnes sont désormais infectées par le Covid-19 dans la "botte", et le gouvernement a mis en quarantaine 11 villes du nord du pays, principalement en Lombardie. Pourtant, notre reporter a pu constater sur place que la plupart des Italiens de cette région sont sereins. 

"Il faut quand même prendre quelques précautions"

A l'aéroport de Milan, dès la sortie de l'avion, une équipe de la Croix-Rouge attend les passagers pour prendre leur température. Dans le hall des arrivées quelques personnes portent des masques, ce sont des touristes, des loueurs de voitures, ou des membres du personnel de l'aéroport, une atmosphère déroutante pour Angelo, chauffeur de taxi. "C'est un peu étrange, les gens restent éloignés les uns des autres", témoigne-t-il au micro d'Europe 1. "Moi je ne suis pas inquiet au sujet du virus, mais je pense qu'il faut quand même prendre quelques précautions. Les autorités contrôlent les voyageurs qui atterrissent, c'est suffisant."

Magasins, bars et écoles fermés

Comme Angelo, la plupart des Italiens croisés affirment faire confiance aux autorités. Il propose même d'aller dans l'unes des 10 communes de Lombardie placées sous quarantaine depuis samedi soir. Sur place, interdiction d'entrer ou de sortir, bars, magasins et même écoles restent fermées le temps de la quarantaine. L'Italie est le premier pays européen à mettre en place un tel dispositif, qui n'est pas sans rappeler la mise sous cloche en Chine de la ville de Wuhan, épicentre de l'épidémie qui a fait des milliers de victimes à travers une trentaine de pays

Europe 1
Par Romane Hocquet (depuis la Lombardie), édité par Ugo Pascolo