Coronavirus au Maroc : un million d'habitants reconfinés à Tanger

, modifié à
  • A
  • A
Les espaces publics vont à nouveau être fermés à Tanger (photo d'illustration).
Les espaces publics vont à nouveau être fermés à Tanger (photo d'illustration). © AFP
Partagez sur :
Les transports publics seront suspendus, les cafés, centres commerciaux, marchés et espaces publics fermés, et les contrôles renforcés, afin que les habitants ne quittent leur domicile "qu'en cas de nécessité extrême", a indiqué le ministère de l'Intérieur après l'apparition de foyers épidémiques de coronavirus. 

La ville de Tanger, ville d'environ un million d'habitants dans le nord du Maroc, va être reconfinée à partir de lundi midi après l'apparition de foyers épidémiques de coronavirus, ont annoncé les autorités marocaines. 

Les espaces publics à nouveau fermés

Les transports publics seront suspendus, les cafés, centres commerciaux, marchés et espaces publics fermés, et les contrôles renforcés, afin que les habitants ne quittent leur domicile "qu'en cas de nécessité extrême", a précisé le ministère de l'Intérieur dans un communiqué. Les déplacements à l'intérieur de la ville seront soumis à "une autorisation exceptionnelle délivrée par les autorités locales", selon la même source. Une telle autorisation sera aussi exigée pour sortir de la ville.

La décision de reconfiner a été prise "après l'apparition de nouveaux foyers épidémiques de nouveau coronavirus", afin d'"endiguer la propagation du virus", selon la même source. Les autorités du royaume ont d'abord imposé des restrictions dans certains quartiers de Tanger dans la nuit de dimanche à lundi, avant d'élargir les mesures à toute la ville.

Une demi-douzaine de villes soumises à des restrictions

Cette annonce intervient alors que le Maroc a accéléré son déconfinement le mois dernier avec la réouverture des cafés, restaurants, commerces ainsi que la reprise du tourisme intérieur. Les frontières demeurent cependant fermées "jusqu'à nouvel ordre", sauf pour les Marocains bloqués à travers le monde et les résidents étrangers au Maroc, autorisés à revenir dans le royaume à partir du 14 juillet.

Une demi-douzaine de villes restent soumises à des restrictions en raison de l'apparition épisodique de foyers épidémiques, principalement en milieu professionnel. Le port du masque est obligatoire partout, sous peine de sanctions. Quelque 15.800 cas de contamination, dont 253 décès, ont été officiellement recensés dans ce pays de 35 millions d'habitants. Tanger est le deuxième pôle économique du royaume après Casablanca.