Climat, OMS, commerce... Hubert Védrine analyse les enjeux de la présidence Biden

, modifié à
  • A
  • A
Les Etats-Unis doivent faire leur retour dans l'accord de Paris sous la présidence de Joe Biden. 2:00
Les Etats-Unis doivent faire leur retour dans l'accord de Paris sous la présidence de Joe Biden. © ALEX EDELMAN / AFP
Partagez sur :
Invité sur Europe 1 samedi, l'ancien ministre des Affaires étrangères Hubert Védrine a analysé les grands enjeux à venir d'une présidence Biden pour le monde. Hubert Védrine se félicite du retour annoncé des Etats-Unis dans l'accord de Paris sur le climat, mais souligne que de nombreux autres défis sont à relever.
INTERVIEW

Il en a déjà fait la promesse cette semaine. Élu président des Etats-Unis, comme l'ont annoncé les médias américains samedi, Joe Biden a promis d'acter le retour des Etats-Unis dans l'accord de Paris sur le climat. Pour l'ancien ministre français des Affaires étrangères, Hubert Védrine, cela fait partie des points positifs qui devraient se concrétiser sous la présidence de Joe Biden. "Mais il faut aller plus loin et s’intéresser également à la biodiversité", précise-t-il samedi sur Europe 1. Mais au-delà du climat, nombreux sont les enjeux d'importance auxquels sera confrontée l'administration Biden.

"Retour des Etats-Unis très probable dans l'OMS"

Autre point positif pour Hubert Védrine : le probable "déblocage de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) et son organe de règlement des différends". L'ancien ministre du gouvernement Jospin s’attend également à un "retour des Etats-Unis très probable dans l’OMS (Organisation mondiale de la santé), dont on a besoin pour tirer les leçons de la pandémie et se préparer à l’avenir". En juillet dernier, Donald Trump avait officiellement lancé la procédure de retrait du pays de cette organisation, accusée d'avoir tardé à réagir face à la pandémie de Covid-19.

Mais le retour des démocrates au pouvoir ne devrait pas bouleverser radicalement la totalité de la politique internationale américaine, loin s'en faut, selon Hubert Védrine qui souligne que "le bras de fer commercial va continuer". En témoigne l'attitude des Gafa, ces géants du numérique, "qui ne veulent absolument pas accepter les projets européens, notamment [du commissaire européen au marché intérieur] Thierry Breton qui sont très bons". La bataille entre les géants de l'aéronautique Boeing et Airbus, respectivement américain et européen, est un autre exemple cité par l'ancien ministre.

Découvrez le podcast Mister President par Europe 1 Studio

La politique américaine vous passionne ? Vous vous demandez encore comment Donald Trump a-t-il pu être élu ? Découvrez "Mister President par Europe 1 Studio", le podcast d'Olivier Duhamel. De Truman à Obama, de Kennedy à Clinton en passant par les Bush, père et fils… le politologue vous raconte l'incroyable histoire des élections présidentielles américaines depuis 1948.

>>> Retrouvez les 12 épisodes sur notre site Europe1.fr,  sur Apple PodcastsGoogle PodcastsSoundCloud ou vos plateformes habituelles d’écoute.

"La même politique d'endiguement de la Chine"

Qualifiée de "totalement choquante" par Hubert Védrine, "la politique de sanctions" américaine pourrait également ne connaître que très peu d'évolutions. Elle "remonte à 20 ou 30 ans, ce n'est pas Trump", souligne l'ancien ministre. Dans ce futur contexte géopolitique, il incite les Européens à "défendre leurs positions" pour ne pas que le retour espéré d'une dose de multilatéralisme se fasse à leur détriment. "[Les Américains] vont continuer la même politique d'endiguement de la Chine. Mais ils vont peut être vouloir nous enrôler par rapport à ça", avertit notamment Hubert Védrine pour qui l'élection de Joe Biden est finalement "un vrai défi pour les Européens" plus qu'autre chose.

Europe 1
Par Jonathan Grelier