Chine : prison à vie pour une escroquerie de plus de 7 milliards d'euros

, modifié à
  • A
  • A
chine policiers 1280
Cette affaire est considérée comme la plus importante du genre jamais découverte en Chine. Image d'illustration. © TEH ENG KOON / AFP
Partagez sur :
L'entreprise condamnée attirait les investisseurs en proposant des produits financiers alléchants.

Un tribunal chinois a condamné deux cadres de l'entreprise de prêts en ligne Ezubao, à la prison à perpétuité pour avoir escroqué 900.000 investisseurs dans un retentissant scandale de fraude pyramidale, a annoncé mardi un média d'Etat. 24 autres personnes ont également été condamnées pour avoir participé à l'escroquerie imaginée par la société, qui avait collecté plus de 7 milliards d'euros entre 2014 et 2015 afin de financer le luxueux train de vie de ses dirigeants.

Des produits financiers alléchants. L'entreprise attirait les investisseurs en proposant des produits financiers au rendement mirifique (de 9 à 14,6% par an), puis en piochant dans les finances de ses nouveaux clients pour rétribuer les plus anciens. L'affaire, considéré comme la plus importante du genre jamais découverte en Chine, avait provoqué la colère des victimes, les escroqueries de ce type n'étant pas rares dans le pays.

Une amende aussi pour la société-mère. Un tribunal de Pékin a condamné le président de la maison-mère d'Ezubao, Ding Ning, à la prison à vie pour levée de fonds frauduleuse, a indiqué mardi le Quotidien du peuple, journal officiel du Parti communiste au pouvoir en Chine. Un autre haut responsable, Ding Dian, s'est vu infliger une peine identique. Le tribunal a également condamné les autres accusés à des peines allant de 3 à 15 ans de prison. Plusieurs amendes ont par ailleurs été infligées, dont une de 1,9 milliard de yuans (240 millions d'euros) à la société-mère d'Ezubao, Yucheng Holdings.

Un train de vie luxueux. La presse chinoise avait rapporté à l'époque que le président Ding Ning avait offert à sa directrice générale une bague en diamant et une villa de luxe à Singapour, et habillait ses secrétaires en vêtements de luxe Louis Vuitton ou Gucci. Les dirigeants de la société, sentant l'étau se resserrer, avait enterré des documents financiers dans un terrain près du siège de la société dans la province de l'Anhui. La police avait mis 20 heures pour les exhumer à l'aide de pelleteuses.