Brésil : le juge anticorruption Moro ministre de la Justice de Bolsonaro

, modifié à
  • A
  • A
Le juge Moro est un héros pour des millions de Brésiliens.
Le juge Moro est un héros pour des millions de Brésiliens. © MAURO PIMENTEL / AFP
Partagez sur :
Le juge de 46 ans, héraut de la lutte anticorruption et célèbre pour avoir fait condamner l'ancien président Lula, a accepté la proposition du président élu d'extrême droite. 

Le juge Sergio Moro, figure emblématique de la lutte anticorruption au Brésil, a annoncé jeudi avoir accepté la proposition du président élu d'extrême droite Jair Bolsonaro de devenir son ministre de la Justice et de la Sécurité publique. "À l'issue d'une réunion lors de laquelle nous avons discuté des politiques (à mettre en place) dans le ministère, j'ai accepté l'invitation", a déclaré dans un communiqué le magistrat, qui a rencontré le président élu jeudi matin à son domicile de Rio de Janeiro.

"La perspective d'implanter de fortes mesures contre la corruption et le crime organisé, en respectant la Constitution, la loi et les droits, m'a amené à prendre cette décision", a ajouté ce juge de 46 ans considéré comme un héros par de nombreux Brésiliens. L'annonce a été confirmée par le président élu lui-même quelques minutes plus tard sur Twitter, conformément à son habitude de s'exprimer quasi exclusivement à travers les réseaux sociaux.

Le juge qui a fait tomber Lula. Figure de proue de l'opération "Lavage express", enquête tentaculaire qui fait trembler les politiques de tous bords, il est surtout la bête noire de l'ex-président Luiz Inacio Lula da Silva, emprisonné à un jet de pierre de ses bureaux, dans la ville méridionale de Curitiba. Son principal fait d'armes : en juillet 2017, il a condamné Lula à 9 ans et 6 mois de prison pour corruption, une peine alourdie à 12 ans et un mois en appel, que l'icône de la gauche a commencé à purger en avril dernier. 

Démêlant un vaste système de détournements de fonds de Petrobras, le juge n'hésite pas à envoyer en prison pratiquement tous les anciens directeurs du groupe pétrolier étatique, puis les patrons des plus puissants groupes de BTP qui leur versaient des commissions en échange de marchés. Cela le conduira vers l'argent sale alimentant les campagnes de la plupart des partis politiques au Brésil. Et ce juge intrépide n'hésitera pas non plus à envoyer derrière les barreaux des hommes politiques de premier plan, de droite comme de gauche.