Au Japon, la quatrième vague inquiète et menace le relais de la flamme olympique

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Le relais de la flamme des Jeux olympiques, qui a démarré le 25 mars au Japon, attire des foules peu compatibles avec la limitation de la quatrième vague de l'épidémie de coronavirus. Pour les journaux nippons, "cette vague s'annonce encore plus violente et meurtrière que les précédentes".

Alors que la France se reconfine pour lutter contre la propagation des nouveaux variants, notamment anglais, au Japon, c'est déjà la quatrième vague de l'épidémie ! Le nombre d'infections augmente mais le relais de la flamme des Jeux olympiques, qui attire les foules, se poursuit... Pour le journal Asahi, "vu la vitesse de propagation des variants, cette vague s'annonce encore plus violente et meurtrière que les précédentes". "Or, la vaccination des personnes âgées n'a même pas encore commencé !", s'affole le Mainichi.

Vers un "nouveau le chaos dans les hôpitaux" ?

Le Sankei Shimbun se demande même si le Japon ne devrait pas à nouveau décréter l'état d'urgence. Vu que, selon lui, "comme on n'a pas tiré les leçons des vagues précédentes, ça va de nouveau être le chaos dans les hôpitaux". "Nous sommes à la croisée des chemins", résume le journal conservateur Yomiuri.

L'heure est grave, donc, pour toute la presse et pendant ce temps, le relais de la flamme olympique parcourt le pays. Il attire des foules considérables et provoque souvent des attroupements qui sont dangereux en termes sanitaires, ce que les grands quotidiens ne soulignent pas, et pour cause : ils sont sponsors de l'événement.

Le relais de la flamme olympique en question

Le relais de la flamme olympique, qui a démarré le 25 mars à Fukushima, devrait d'ailleurs éviter la métropole d'Osaka (ouest du Japon) en raison d'une nouvelle augmentation des infections, ont déclaré jeudi le gouverneur local et le maire de la cité, selon des médias locaux. "Nous pensons que cela entre dans la catégorie des sorties non indispensables et qu'il faut éviter les foules dans la ville d'Osaka", a déclaré le gouverneur Hirofumi Yoshimura selon le journal Mainichi. Selon des médias locaux, le maire d'Osaka, Ichiro Matsui, a également demandé que le relais évite la ville. "C'est très malheureux, mais le relais de la flamme doit être annulé", a-t-il dit, selon le journal Nikkei. 

Le gouverneur d'un autre département a également laissé entendre qu'il pourrait demander que le relais n'y passe pas si les mesures de lutte contre le virus ne sont pas renforcées. Les règles exigent déjà que les spectateurs le long du parcours du relais portent des masques et évitent d'acclamer les relayeurs. Les organisateurs ont déclaré que des étapes pourraient être annulées en cas de foules trop importantes.

Les Jeux olympiques de Tokyo, retardés d'un an en raison de la pandémie, doivent se tenir du 23 juillet au 8 août prochain.

Europe 1
Par Bernard Delattre, avec AFP, édité par Séverine Mermilliod