Allemagne : démantèlement d'un vaste réseau internet de pédopornographie

  • A
  • A
police allemande.
Une enquête de plusieurs mois a été menée par une unité spéciale de la police allemande sous la coordination d'Europol (Illustration). © Ina FASSBENDER / AFP
Partagez sur :
Le démantèlement de la plateforme "BOYSTOWN", l'un des plus vastes réseaux de pédopornographie au monde, s'est déroulé mi-avril et a donné lieu à l'arrestation de trois Allemands. Un autre, qui réside au Paraguay, fait l'objet d'un mandat d'arrêt international sur la base duquel il devrait être livré aux autorités.

La police judiciaire allemande a annoncé ce lundi le démantèlement d'un réseau de pédopornographie sur le Darknet présenté comme l'un "des plus grands au monde" et comptant plus de 400.000 membres. Le démantèlement de la plateforme "BOYSTOWN", qui existait depuis 2019, a eu lieu à la mi-avril, selon un communiqué de la police.

Trois Allemands ont été arrêtés au terme d'une enquête de plusieurs mois d'une unité spéciale de la police allemande sous la coordination d'Europol et avec la collaboration des polices néerlandaise, suédoise, australienne, américaine et canadienne. Un autre, qui réside au Paraguay, fait l'objet d'un mandat d'arrêt international sur la base duquel il devrait être livré aux autorités allemandes. La police n'a pas révélé leur identité.

Une plateforme internationale 

"La plateforme avait une portée internationale et servait à l'échange de pornographie de mineurs entre ses membres", essentiellement des photos ou vidéos d'abus perpétrés sur des garçons. Parmi elles figuraient "des images d'abus sexuels graves sur de très jeunes enfants", précise la police.

 

Trois des suspects, âgés respectivement de 40,49 et 58 ans sont soupçonnés "d'avoir été les administrateurs de la plateforme pédopornographique". En plus de s'occuper de la gestion du réseau, ils étaient chargés "du suivi des clients", précise la police. Le quatrième, un homme de 64 ans, est soupçonné d'avoir été l'un des utilisateurs les plus actifs de la plateforme, et d'avoir posté plus de 3500 messages.

Europe 1
Par Europe 1 avec AFP