Affaire Skripal : Moscou expulse 60 diplomates américains, ferme le consulat américain à Saint-Pétersbourg

, modifié à
  • A
  • A
Sergueï Lavrov a annoncé la fermeture du consulat américain de Saint-Pétersbourg.
Sergueï Lavrov a annoncé la fermeture du consulat américain de Saint-Pétersbourg. © Kirill KUDRYAVTSEV / AFP
Partagez sur :
La Russie va expulser 60 diplomates américains et fermer le consulat américain de Saint-Pétersbourg, en représailles aux sanctions américaines contre Moscou.

La tension entre Russes et Américains continue de grandir. La Russie va expulser 60 diplomates américains et fermer le consulat des États-Unis à Saint-Pétersbourg, des mesures identiques à celles prises par Washington contre Moscou dans le cadre de l'affaire Skripal, a déclaré jeudi le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov. Les mesures prises par Moscou "incluent l'expulsion du même nombre de diplomates et le retrait de l'accréditation du consulat général des États-Unis à Saint-Pétersbourg", dans le nord-ouest de la Russie, a déclaré Sergueï Lavrov lors d'une conférence de presse.

Les autres pays seront aussi visés. "En ce qui concerne les autres pays, (la réponse de Moscou) sera aussi pour tous identique en ce qui concerne le nombre de personnes qui quitteront la Russie", a prévenu Sergueï Lavrov. "En ce moment-même, l'ambassadeur des États-Unis (Jon) Huntsman a été invité au ministère, où mon vice-ministre l'informe du contenu de ces mesures de représailles envers les États-Unis", a-t-il ajouté. En réponse à ces représailles, les États-Unis "se réservent le droit de riposter", ainsi que l'a affirmé le département d'État américain jeudi soir. Celui-ci juge les sanctions "injustifiées".

140 diplomates russes expulsés. Les États-Unis ont annoncé lundi l'expulsion de 60 "espions" russes et la fermeture du consulat russe à Seattle dans le cadre de mesures de rétorsion après l'empoisonnement le 4 mars de l'ex-agent russe Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia sur le sol britannique. Au total, plus de 140 diplomates russes en Europe, en Amérique du Nord, en Ukraine ou en Australie sont touchés par une mesure d'expulsion dans une action coordonnée en soutien à Londres qui accuse Moscou d'avoir empoisonné l'ex-espion russe, ce que nie la Russie. 

 

La Russie pourra remplacer les diplomates expulsés. La Russie pourra déposer de nouvelles demandes d'accréditation pour remplacer la soixantaine de ses officiels considérés par les Etats-Unis comme des "espions" et expulsés en représailles à l'empoisonnement d'un ex-agent russe au Royaume-Uni, selon un responsable américain. "Les Etats-Unis ont expulsé 48 agents du renseignement russe, il n'est pas stipulé qu'ils doivent réduire leur personnel de la mission bilatérale" de Russie aux Etats-Unis, a expliqué vendredi un responsable du département d'Etat à l'AFP. "Le gouvernement russe reste libre de solliciter des accréditations pour les postes désormais vacants à la mission bilatérale. Toute demande de nouvelle accréditation diplomatique sera examinée au cas par cas", a-t-il ajouté. La Russie, qui a répliqué en renvoyant des diplomates américains et européens, n'a pas non plus exigé de réduction du personnel diplomatique. Les Etats-Unis pourront eux aussi déposer de nouvelles demandes d'accréditation, selon le responsable américain.