80 ans de l'appel du 18 juin : Macron célèbre l'amitié franco-britannique à Londres

, modifié à
  • A
  • A
Macron Prince Charles
Quatre-vingts ans après l'appel du 18 juin 1940, en remerciement, la France a remis la Légion d'honneur à la ville de Londres. © Jonathan Brady, AFP
Partagez sur :
Emmanuel Macron s'est rendu à Londres, jeudi, où il a commémoré, avec le prince Charles, les 80 ans de l'appel du 18 juin du général de Gaulle. Le président français a remis la Légion d'honneur à la ville de Londres, avant de rendre visite au premier ministre britannique, Boris Johnson.
REPORTAGE

Au 4 Carlton Gardens, à Londres, s'élève désormais une statue du Général de Gaulle. Après une première cérémonie au Mont-Valérien, lieu central de l'histoire et de la mémoire de la Résistance, le président français Emmanuel Macron s'est rendu dans la capitale britannique, jeudi, où il a commémoré, avec le prince Charles, les 80 ans de l'appel du 18 juin du général de Gaulle. L'un après l'autre, ils ont chacun déposé une couronne de fleurs, aux pieds de la statue, avant de prononcer un discours, tout en sobriété.

La Légion d'honneur remise à la ville de Londres

"Alors, l'Angleterre décidait d'abriter la France", a lancé Emmanuel Macron, retraçant le parcours londonien du général de Gaulle. "Le 18 juin 1940, le Royaume-Uni a tendu à la France libre, sa première arme, un micro de la BBC".

Quatre-vingts ans après, en remerciement, la France a remis la Légion d'honneur à la ville de Londres. Une distinction reçue par le Prince Charles, qui s'est exprimé en anglais, mais aussi en français. "C'est avec une immense fierté et un grand plaisir que j'accepte de recevoir la Légion d'honneur au nom de la ville de Londres pour la liberté aux côtés de la France".

La visite d'Emmanuel Macron s'est achevée par un passage chez Boris Johnson, au 10 Downing Street. Le Premier ministre britannique lui a alors offert une reproduction miniature de la Land Rover de Winston Churchill, leader dont l'amitié avec le général de Gaulle était quelque peu orageuse, à l'image de l'amitié franco-britannique, célébrée à l'occasion de cet anniversaire historique.

Coronavirus, Brexit, et relations franco-britanniques

Au total, les deux leaders se sont retrouvés pour un peu moins d'une heure et demi après des salutations chaleureuses, mais tout de même à distance. Boris Johnson a présenté à Emmanuel Macron des documents associés à la mémoire de Winston Churchill et Charles de Gaulle... Puis l'actualité a repris le dessus. Au menu : Covid-19, Brexit et relations entre les deux pays.

C'est d'ailleurs sur ce lien fort qu'a insisté, un peu plus tôt, le Prince Charles lors de son discours. "Nous réitérons notre engagement a travailler ensemble. Renouvelons le lien qui nous unit, en tant que voisin, allié, partenaire et ami, et tournons nous vers l'avenir avec la certitude que nous marcherons ensemble", a-t-il dit avant le départ d'Emmanuel Macron pour le 10 Downing Street. Une phrase qui fait écho à la situation du Royaume-Uni qui quittera officiellement l'Union européenne à la fin d l'année.

Ainsi, au-delà du souvenir de l'appel du 18 juin, cette visite à Londres aura permis au président français et au Premier ministre britannique de montrer leur désir de rester alliés, malgré leurs désaccord, et le challenge des mois à venir.

Europe 1
Par Hadrien Bect et Élodie Goulesque, édité par Pauline Rouquette