Une femme de ménage coincée 3 jours dans l'ascenseur d'un milliardaire à New York

  • A
  • A
new york pompiers
Appelés sur place, les pompiers ont trouvé l'ascenseur coincé entre les deuxième et troisième étages, avant de forcer les portes pour libérer la femme de ménage. Photo d'illustration. © ANDREW BURTON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Partagez sur :

Lundi, les pompiers de New York ont libéré une femme de ménage qui est restée coincée dans l'ascenseur de son employeur pendant trois jours. 

Coincée tout un weekend dans l'ascenseur d'une riche demeure de New York c'est ce qui est arrivé à une femme de ménage, qui n'a pu en sortir que lundi matin après l'intervention des pompiers. L'incident s'est produit dans une maison individuelle du quartier de l'Upper East Side, à Manhattan, appartenant à un milliardaire, l'investisseur Warren Stephens, selon le New York Times.

Ascenseur en panne. Un porte-parole a confirmé que les pompiers avaient été appelés dans cette coquette maison de briques rouges de la 65ème rue peu après 10 heures lundi, après que les propriétaires eurent signalé que leur ascenseur était en panne.

"En bonne santé". Arrivés sur place, les pompiers ont trouvé l'ascenseur coincé entre les deuxième et troisième étages. Ils ont forcé les portes et dégagé la personne qui se trouvait à l'intérieur, a indiqué le porte-parole, précisant qu'elle s'y trouvait depuis vendredi. Cette personne était apparemment "en bonne santé", a-t-il précisé, mais elle a tout de même été prise en charge par des urgentistes et hospitalisée pour des examens.

Employée depuis plusieurs années. Les pompiers n'ont pas donné d'autres détails, ni révélé l'identité de la personne restée prisonnière près de trois jours durant. Mais selon plusieurs médias new-yorkais, il s'agissait d'une femme de ménage, Marites Fortaliza, employée de la famille Stephens depuis des années. Venue vendredi alors que les Stephens étaient partis pour le weekend, elle s'est retrouvée coincée et n'a pu le dire à personne.

Une enquête sur les causes de l'incident. Contactée, la société Stephens Inc. n'a pas immédiatement réagi. Mais selon un communiqué des Stephens, cité par le New York Post, elle a promis d'"enquêter sur les causes de cet incident malheureux", et de prendre "des mesures appropriées pour s'assurer qu'un incident de ce genre ne se reproduira pas". On ignorait encore si l'ascenseur était doté d'un numéro d'appel d'urgence. Le service d'inspection des immeubles new-yorkais a été dépêché sur les lieux.