Scotland Yard à la recherche... des armes volées à James Bond

, modifié à
  • A
  • A
James Bond Pierce Brosnan 5:59
Dans "Meurs un autre jour" (2002), James Bond utilise le Walther P99, une des armes volées en mars dernier, au Royaume-Uni. © DR
Partagez sur :
Des malfaiteurs ont volé, à la fin du mois de mars, cinq armes ayant appartenu au plus célèbre des espions britanniques. Alors qu'une seule d'entre elles a été retrouvée, Scotland Yard a décidé de lancer, lundi, un appel à témoins pour retrouver les voleurs et leur butin. 

007 délesté d'une partie de son arsenal. Des armes ayant appartenu à James Bond ont été dérobées au domicile d'un Londonien, fin mars. Et la police britannique a décidé de lancer lundi un appel à témoins pour tenter de retrouver les auteurs du méfait. Retour sur un vol pas comme les autres.

Nous sommes le 23 mars dernier à Enfield, un quartier de Londres. Alors que le coronavirus plongeait le Royaume-Uni dans le confinement, la maison d’un habitant de ce "borough" du nord de la capitale est cambriolée. Leur butin : un Beretta "Cheetah" et un "Tomcat", un Walter PP, un Smith & Wesson 44 Magnum et un Lama calibre 22. 

Un Magnum entièrement chromé

Les armes ont donc appartenu à l’agent secret le plus connu de l’histoire. James Bond les utilisait ainsi dans Vivre et Laisser Mourir (1973, avec Roger Moore), Dangereusement vôtre (1985, avec Roger Moore) ou Meurs un autre jour (2002, avec Pierce Brosnan) 

L'une de ces armes à feu désactivées, le pistolet Lama à poignée jaune, a été retrouvée, rouillée, dans un champ près d’une gare de l’Essex, en avril. Les autres, des pièces parfois uniques, demeurent introuvables. Parmi ces armes manquantes, il y a le Magnum de 007, le seul au monde à être entièrement chromé. Le Walter PPK est quant à lui la dernière arme utilisée par Roger Moore dans la scène de Dangereusement vôtre où Grace Jones se jette de la tour Eiffel en parachute.

"Valeur sentimentale"

L'un des responsables de l'enquête, Paul Ridley, a souligné dans un communiqué que les armes volées "sont très reconnaissables" et seront "très certainement" identifiées "par le public ou quiconque se les verrait proposer à l'achat". Il souligne la "valeur sentimentale" qu'avaient pour leur propriétaire ces armes, qui devaient faire partie d'une "exposition nationale".

La police a diffusé lundi des images de vidéo-surveillance montrant un véhicule suspect juste avant le vol, une Vauxhall grise et renouvelé son appel à témoins. Les malfaiteurs ont été décrits comme trois hommes avec des accents d'Europe de l'Est, habillés de sombre, visages masqués.