Explosion du rocher des Pénitents : "Il n'était pas prévu qu'une montagne tombe !"

  • A
  • A
Rocher, Les Mées, Pénitents, éboulement 1:39
En décembre, un éboulement des "Pénitents" avait forcé l'évacuation de plusieurs habitants des Mées. © GERARD JULIEN / AFP
Partagez sur :
Après un éboulement survenu en décembre aux Mées, dans les Alpes-de-Haute-Provence, l'érosion des rochers du site des "Pénitents" inquiétait. Mercredi, les autorités ont fait exploser un pan de la chaîne montagneuse de 2.300 tonnes. Europe 1 s'est rendue sur place.
REPORTAGE

Aux Mées, dans les Alpes-de-Haute-Provence, se dressent les rochers des "Pénitents", un site incroyable mais rongé par l'érosion. Le 2 décembre, un énorme pan du rocher s'était écrasé sur des maisons, sans faire de victimes. L'un des rochers menaçant toujours de s’effondrer, les autorités ont décidé de le faire sauter. Europe 1 s'est rendue sur place mercredi après-midi, au moment de l'explosion.

"C'est vraiment très impressionnant ce défilé : la croix rouge, les gendarmes. Ça fait quelque chose, c'est très émouvant", déclare Martine, l'une des personnes évacuées. L'éboulement de décembre avait en partie détruit sa maison. Depuis relogée, elle attend cette journée avec une certaine crainte. "J'appréhende par rapport à notre maison qui est à côté. Il n'était pas prévu qu'une montagne tombe quand même !"

La montagne amputée

En tout, 250 personnes ont été évacuées dans un large périmètre au pied des Pénitents, jusque dans le centre-ville. Le rocher a été emmailloté dans du grillage et dans une bâche pour éviter les projections. Aux environs de 15 heures, les sirènes retentissent et tout un village se fige. L'explosion résonne et un énorme nuage de poussière s'élève, accompagné de quelques applaudissements. Sarah verse une larme, émue de voir cette montagne amputée : "Je n'y crois pas. J'ai beaucoup de peine."

"Il fallait purger pour que le site soit définitivement sécurisé"

Les hélicoptères tournent pour une première évaluation : 2.300 tonnes de roches ont été pulvérisées par 300 kilos d'explosif.  "C'est un grand soulagement pour la commune. [...] Il y avait toujours cette menace à cause de cette faille", soupire le maire, Gérard Paul. "Il fallait purger pour que le site soit définitivement sécurisé."

"On se languit de retourner chez nous", déclare une femme, évacuée de sa maison endommagée en décembre. Cette explosion est, pour elle, un premier pas vers la reconstruction. "Il y aura de grands travaux à faire [mais] je pense que d'ici une petite année nous pourrons retourner chez nous." Trois mois de déblaiement seront nécessaires. La chaîne montagneuse des Pénitents porte désormais une cicatrice indélébile.

Europe 1
Par Nathalie Chevance édité par Antoine Cuny-Le Callet