Quand la chanteuse Cher propose de travailler à La Poste américaine... et se fait refouler

  • A
  • A
La chanteuse Cher a proposé son soutien à la poste américaine (photo d'archives).
La chanteuse Cher a proposé son soutien à la poste américaine (photo d'archives). © AFP
Partagez sur :
Des responsables de La Poste de Malibu, célèbre ville en Californie, à l'ouest des États-Unis ont refusé l'offre de Cher, qui avait proposé de les aider alors que les services postaux américains font face à des réductions budgétaires de la part du président américain Donald Trump. 

Cher y croyait, mais la chanteuse de Believe ne travaillera finalement pas pour les services postaux américains. Depuis plusieurs semaines, La Poste américaine est au cœur d’un conflit politique. À moins de cent jours de l'élection présidentielle, qui risque d'être organisée "à distance" en raison de la circulation du coronavirus outre-Atlantique, Donald Trump a décidé de baisser ses subventions. Les démocrates y voient une manière détournée de biaiser le scrutin en perturbant le vote par correspondance. Cher a donc décidé d’agir : elle a appelé deux bureaux de postes situés à Malibu pour proposer ses services. 

"J’ai appelé deux bureaux de poste à Malibu"

"J’ai appelé deux bureaux de poste à Malibu. Ils étaient polis. J’ai dit : 'Salut, c’est Cher et je voudrais savoir si vous preniez des bénévoles'. La dame a dit qu’elle ne savait pas et m’a dirigée vers un supérieur", a-t-elle raconté. Une nouvelle fois la chanteuse s’est présentée et a fait part de son projet. "Non, nous avons besoin de vos empreintes digitales et de vos antécédents", a répondu le responsable du bureau de poste.

Mais Cher, qui avait déjà soutenu Hilary Clinton en 2016, trouvera certainement une autre façon d'apporter son aide à Joe Biden avant le 3 novembre, date du scrutin présidentiel américain. Le Community manager de La Poste américaine lui a même envoyé un message : "Si vous souhaitez nous contacter, nous aimerions vous expliquer comment vous pouvez vous impliquer davantage".

Europe 1
Par Damien Cabrespines, édité par Ariel Guez