Troisième série de tags antisémites à Roanne

, modifié à
  • A
  • A
Des bâtiments publics de la ville de Roanne ont été ciblés par des tags antisémites. (Photo d'illustration)
Des bâtiments publics de la ville de Roanne ont été ciblés par des tags antisémites. (Photo d'illustration) © AFP
Partagez sur :
Pour la troisième fois en un peu plus d'un mois, de nouvelles inscriptions antisémites ont été découvertes à Roanne, dans la Loire.

De nouvelles inscriptions antisémites ont été découvertes à Roanne, dans la Loire, pour la troisième fois en un peu plus d'un mois. C'est ce qu'a dénoncé sur sa page Facebook le maire LR de la ville, Yves Nicolin. "Une fois encore des individus aussi stupides qu'abjects ont signé des tags antisémites sur des bâtiments publics dans notre ville. Ils ont rajouté à leur ignominie l'insulte et la lâcheté en salissant la mémoire de mon père récemment décédé", a indiqué l'élu.

Yves Nicolin a précisé qu'une plainte serait déposée et que "la vidéo protection (serait) mobilisée" pour confondre les auteurs. Pour illustrer son message, repéré par le quotidien régional Le Progrès, l'élu a joint une photo montrant ces tags, dont l'un, entouré de deux croix gammées, affirme "Mort aux juif (sic)" et l'autre "Yves Nicollin, mort à ton père (sic)".

Une enquête a été ouverte

Une enquête a été immédiatement ouverte après la découverte de ces inscriptions mardi vers 20h, à l'arrière d'un local du stade municipal Henri Malleval, a précisé une source policière. C'est la troisième fois en un peu plus d'un mois que la commune, située au nord de Saint-Etienne, est ainsi taguée.

Accompagnés d'une dizaine de croix gammées, les précédents graffitis avaient été découverts le 27 mars sur le club de canoë-kayak et un hangar de la base nautique. Elles visaient et menaçaient de mort l'adjointe à la mairie d'Yves Nicolin, la conseillère régionale Sophie Rotkopf. La semaine précédente, une première enquête avait été ouverte par le parquet pour d'autres tags de même nature sur la tribune d'honneur du stade. Aucune interpellation n'a depuis eu lieu, selon la police.

Les + lus