Marseille : un braquage à main armée inventé de toutes pièces pour toucher l'argent de l'assurance

  • A
  • A
Face à la violence des faits rapportés par la prétendue victime, la police a accordé une attention toute particulière à l'enquête.
Face à la violence des faits rapportés par la prétendue victime, la police a accordé une attention toute particulière à l'enquête. © Jeff PACHOUD / AFP
Partagez sur :
Un couple de Marseillais a été placé en garde à vue cette semaine, après s'être prétendu victime d'un braquage à main armée pour toucher de l'argent d'une assurance, rapporte samedi "La Provence".

Le braquage spectaculaire, à main armé et en plein jour, n'avait en réalité jamais eu lieu. C'est ce qu'a rapidement découvert la police de Marseille, après une enquête faisant suite à la plainte d'un quadragénaire prétendant s'être fait violemment dérober son véhicule, rapporte samedi La Provence.

L'homme, qui n'avait jamais été braqué mais espérait toucher de l'argent de son assurance, n'avait pas lésiné sur les détails de son récit. Il avait expliqué aux policiers que quatre jeunes en scooters avaient encerclé sa BMW, qu'il conduisait en pleine ville, et que l'un d'entre eux avait pointé un pistolet automatique sur sa vitre, l'obligeant à abandonner sa coûteuse voiture allemande.

Le véhicule rapidement localisé

La violence de cette supposée agression, en plein jour, au cœur de Marseille, a conduit la police à accorder une attention toute particulière à l'enquête. Et les résultats ne se sont pas fait attendre. Très vite, le véhicule a été localisé dans un box. Interrogée, la propriétaire du garage a indiqué qu'une amie lui avait confié la voiture, sans en indiquer la provenance. Amie qui n'était autre que la femme du quadragénaire prétendument braqué. 

Interrogée par la police, celle-ci a d'abord proposée une nouvelle version rocambolesque des faits, assurant avoir payé les quatre jeunes pour qu'ils dérobent la voiture de son mari, avec qui elle était fâchée. Des propos qui n'ont pas convaincus les enquêteurs, qui ont décidé de placer le couple en garde à vue. Les deux époux ont finalement avoué avoir tout inventé. Ils seront prochainement convoqués par la justice dans le cadre d'une comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité. Quant à l'assurance, elle n'avait pas encore versé le moindre centime.