Loiret : un homme menaçant tué par balles par la police, l'IGPN saisie

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Un homme "connu pour des troubles psychiatriques", a été mortellement blessé par balles samedi dans le Loiret par des policiers venus l'interpeller, a-t-on appris de source policière. L'Inspection Générale de la Police Nationale (IGNP) a été saisie. 

Une équipe de policiers a été appelée samedi par les habitants d’un immeuble de Châlette-sur-Loing, une commune au nord de Montargis, après qu’un homme muni d’un couteau a tenu des propos menaçants. Lorsque les équipes arrivent sur place, le suspect est réfugié dans sa voiture. D’après les témoignages des policiers l'homme est toujours armé de son couteau et dit qu'il va les tuer et poser des bombes dans Montargis.

Des vidéos prises par les riverains. Plusieurs habitants de l’immeuble réfugiés chez eux filment la scène. Sur les différentes vidéos publiées sur internet, le monospace de l’homme est bloqué entre une porte de garage à l'avant et une voiture de police à l'arrière. Les policiers tentent de casser le pare-brise à coup de matraque, la vitre côté passager est ouverte, mais ils ne parviennent pas à maîtriser ni à extraire le forcené. Malgré des coups de matraque répétés, le suspect refuse de se rendre.

Plusieurs tirs pour maîtriser l'homme. Pris en tenaille, l’homme entame des marches avant et arrière, rentrant tour à tour dans la porte du garage et des voitures de police. C’est au moment où il réussit à se dégager et à s’enfuir que les policiers font feu. Sur les différentes vidéos, les policiers ne font aucune sommation mais on peut entendre une quinzaine de tirs alors que la voiture continue de s’éloigner doucement. Sur quelques mètres seulement, car elle finit sa course une centaine de mètres plus loin, le conducteur à bord décédé. Âgé de 48 ans, il était "connu pour des troubles psychiatriques".

L'IGPN saisie. Le procureur de la République de Montargis, joint par Europe 1, a confirmé avoir ouvert une enquête, confiée à l’IGPN, pour violences volontaires avec arme ayant entraîné la mort sans intention de la donner. Une autopsie et des expertises ballistiques seront pratiquées dans les prochaines heures. Saisie, la police des polices est à l'œuvre depuis ce matin pour éclaircir les conditions des tirs et si la situation de légitime défense était réelle.  Pour rappel, les conditions de l'usage de l'arme ont été élargies cet hiver, et ces éléments seront sans doute déterminants dans l’enquête.

Les + lus