Football : un arbitre frappé lors d'un match amateur, la gendarmerie intervient

  • A
  • A
 Le joueur à l'origine du coup doit être entendu par les gendarmes.
Le joueur à l'origine du coup doit être entendu par les gendarmes. © YASUYOSHI CHIBA / AFP
Partagez sur :
Un joueur du FC Kerzec de Quéven n'a pas supporté de voir l’arbitre siffler un coup franc en faveur de ses adversaires de l'Essor de Port-Louis.

Un coup franc sifflé par un arbitre lors d'un match amateur à Quéven, dans le Morbihan, a provoqué la colère d'un joueur qui lui a asséné un coup de poing, entraînant l'intervention de la gendarmerie, a-t-on appris dimanche auprès des clubs. L'agression s'est produite lors d'une rencontre de deuxième division de district entre les clubs morbihannais de l'Essor de Port-Louis et du FC Kerzec de Quéven. 

Un coup au visage. À la 40e minute, alors que le FC Kerzec est mené 2-0, l'arbitre siffle un coup franc en faveur des visiteurs, provoquant la colère d'un joueur de Quéven, qui lui assène un coup de poing au visage, le blessant légèrement. Le match est alors interrompu et la gendarmerie de Pont-Scorff appelée. La rencontre n'a pas repris. L'auteur du coup, qui s'est excusé, doit être entendu par les gendarmes.

Arbitre, une mission de service public. "En cas d'agression, nous conseillons au corps arbitral de porter plainte", a indiqué le capitaine Eric Raut, de la compagnie de gendarmerie de Lorient. Depuis 2006, la loi assimile en effet la fonction d'arbitre à une mission de service public afin de mieux le protéger.