"Faux Le Drian" : au tribunal, Gilbert Chikli nie toute implication dans l'arnaque

  • A
  • A
Gilbert Chikli nie être la personne qui a porté un masque à l'effigie de Jean-Yves Le Drian. 3:00
Gilbert Chikli nie être la personne qui a porté un masque à l'effigie de Jean-Yves Le Drian. © Benoit PEYRUCQ / AFP
Partagez sur :
Le procès de l'arnaque au "faux Le Drian" s'est ouvert mardi à Paris. Sept hommes sont soupçonnés d'avoir usurpé l'identité du ministre pour extorquer environ 50 millions d'euros auprès de plusieurs personnalités. Le chef présumé du gang, Gilbert Chikli, a nié toute implication dans cette affaire.

Un masque en silicone à l'effigie de Jean-Yves Le Drian, désormais ministre de l'Europe et des Affaires étrangères. Un faux décor de bureau avec drapeaux français et européen en fond. Le tout par vidéoconférence. Et le tour était joué. L'illusion d'être en ligne quelques secondes avec le ministre en personne fonctionnait. 

Usurpation d'identité

Le procès de sept hommes soupçonnés d'avoir usurpé l'identité de Jean-Yves Le Drian, alors ministre de la Défense, pour extorquer des fonds s'est ouvert mardi à Paris. Et c'est le chef présumé du groupe, Gilbert Chikli, qui a été au centre de l'attention. Dans le box, le Franco-israélien en sweat noir et à la barbe de trois jours a du mal à tenir en place. Il multiplie les sourires et clins d’œil au public dans lequel se trouve au premier rang sa compagne, Shirley.

"Je suis totalement étranger dans toutes ces affaires. Le dossier, je le connais seulement pour l'avoir lu et subi", affirme-t-il dans cette affaire qui compte plusieurs victimes, des célébrités, pour un butin de 50 millions d'euros en deux ans.

"Je n'ai pas fait le Cours Florent"

L'enquête de police a pourtant ciblé rapidement le prévenu qui a déjà été impliqué dans une arnaque du même type. Il a par la suite été identifié comme la voix du faux ministre dans une série d'enregistrements, ce qu'il conteste. Il nie aussi être celui qui a porté un masque de Jean-Yves Le Drian pour mieux tromper les victimes.

"Je n'ai pas fait le Cours Florent, pas de théâtre, et je n'ai rien à voir avec cet homme", a martelé Gilbert Chikli. "Il est gros, je suis mince. Il est imberbe, je suis poilu", dit-il en remontant ses manches pour montrer ses bras. "On ne dit pas que cet homme vous ressemble, puisque justement il prétend être le ministre de la Défense", lui a rétorqué la présidente.

Europe 1
Par Marion Dubreuil, édité par Jonathan Grelier