Attaque au couteau dans la Drôme : "Un homme qui s'est lancé dans une folie meutrière"

, modifié à
  • A
  • A
L'attaque au couteau dans la Drôme a fait deux morts et cinq blessés. 1:18
L'attaque au couteau dans la Drôme a fait deux morts et cinq blessés. © JEFF PACHOUD / AFP
Partagez sur :
A Romans-sur-Isère dans la Drôme, une attaque au couteau a fait deux morts et cinq blessés samedi. Un homme se présentant comme un réfugié soudanais de 33 ans a été appréhendé par les forces de l'ordre. Au micro d'Europe 1, la maire Marie-Hélène Thoraval exprime sa tristesse et proteste contre le manque d'informations sur les réfugiés confiés aux associations de sa ville.
INTERVIEW

Une attaque au couteau a fait deux morts et cinq blessés, samedi matin à Romans-sur-Isère, dans la Drôme. Un homme se présentant comme un réfugié soudanais de 33 ans a été interpellé par la police, sans opposer de résistance, quelques minutes après les faits. Au micro d'Europe 1, Marie-Hélène Thoraval, maire de la ville, se dit "meurtrie", pointant l'action "d'un seul homme qui s'est lancé dans une folie meurtrière".

D'après le témoignage de Marie-Hélène Thoraval, les victimes sont "des commerçants, des passants, des clients". L'homme s'est rendu dans plusieurs commerces, poignardant au hasard. "On ne méritait pas ça", a-t-elle déploré.

"Des réfugiés qui sont logés dans nos villes"

La maire de Romans-sur-Isère proteste par ailleurs contre le manque d'informations "sur les personnes qui résident dans notre ville". "Je l'ai dit au ministre [...] ce sont des réfugiés qui sont logés dans nos villes sans que nous sachions l'origine ou la situation de ces personnes puisque ce sont des associations qui s'en occupent."

Le parquet national anti-terroriste s'est saisi de l'enquête sur cette attaque, samedi soir. Emmanuel Macron a quant à lui promis "toute la lumière sur cet acte odieux".

Europe 1
Par Caroline Baudry, édité par Antoine Cuny-Le Callet