Coupe de France : Saint-Etienne, le "petit" rebond

  • A
  • A
2:54
L'édito sport est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1 - Le 6h - 9h
Partagez sur :

Les Verts ont décroché leur billet pour la finale de la Coupe de France face au PSG en battant Rennes ce jeudi soir. Actuellement 16e au classement en Ligue 1, Saint-Étienne avait bien besoin de ce "petit" rebond selon Virginie Phulpin.

Saint-Étienne rejoint le PSG en finale de la coupe de France. Les Verts ont battu Rennes, deux buts à un ce jeudi soir. Ça faisait 38 ans qu’ils n’avaient pas atteint la finale. Pour Virginie Phulpin, c’est le genre de soirée qui peut provoquer un déclic chez les Stéphanois. 

On dirait que la lumière s’est rallumée le temps d’une soirée. A St Etienne, depuis le début de la saison, les supporters se morfondent chaque semaine devant leur équipe sans âme et ils tremblent sans répit en voyant leur club flirter dangereusement avec la zone de relégation. Et là, hier soir, ils ont eu droit à leur bouffée d’oxygène, ils ont senti le parfum sucré d’une finale qui rend les tourments du quotidien plus légers. Et c’est portés par l’extase de ce but de la victoire dans les dernières secondes qu’ils ont joyeusement envahi le terrain. Ces images donnent des frissons à Virginie Phulpin, c’est ça aussi le foot, ces cœurs contrariés qui chavirent quand ça sourit enfin. La passion est là, au stade Geoffroy Guichard, elle a toujours été là, elle ne demandait qu’une étincelle pour revenir à la surface. 

Oui, ça faisait 38 ans que les Verts n’avaient pas atteint la finale de la coupe de France. À St Etienne, le glorieux passé n’est jamais loin. Et la simple évocation de ces 38 ans renvoie tout le monde vers la volupté de ce début des années 80 pavé de succès. Oui, les Verts sont tellement présents dans nos souvenirs heureux que les voir en finale ne peut que relancer nos élans nostalgiques. Quand vous êtes dans une période compliquée dans votre vie, parfois, vous sentez une odeur agréable, ou une image vous revient furtivement à l’esprit, et l’ambiance morose du moment se pare d’une lumière plus douce. Pour moi elle ressemble à ça, cette qualification de Saint-Étienne pour la finale. Elle offre à cette équipe le droit de rêver au milieu d’une saison de cauchemar. 

Cette saison peut justement tourner avec cette victoire ?

Ça c’est toute la question. Est-ce que cette finale à venir est une parenthèse enchantée, ou est-ce qu’elle peut entraîner le renouveau des Verts en championnat aussi ? Virginie Phulpin a tendance à penser que ce que les Stéphanois ont vécu hier soir peut provoquer un déclic. Cette saison, il y a des matches qui auraient pu basculer en leur faveur. Ça n’a jamais été le cas, ou presque, parce qu’on aurait dit que les joueurs avaient perdu l’envie et la foi. Et on parlait plus des querelles de vestiaires que des actions inexistantes sur le terrain. Ce jeudi, le but de la victoire de Ryad Boudebouz a montré que oui, ça pouvait aussi, parfois, basculer du bon côté. La communion avec les supporters ensuite, l’évocation du passé, et la perspective d’affronter le Paris Saint-Germain en finale, tout ça, ça peut unir un groupe et changer les mentalités. Pour enfin décoller de cette 16e place en Ligue 1 qui fait faire des cauchemars au peuple vert. Virginie Phulpin est peut-être une douce rêveuse, mais pour elle, la soirée de ce jeudi va redonner du coeur à cette équipe et c’est ce qui lui manquait.