Prélèvement à la source : les vraies raisons des réticences d'Emmanuel Macron

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'édito politique est une chronique de l'émission Toute l'info du week-end
Partagez sur :

Chaque matin, Michaël Darmon évoque un sujet précis de la vie politique.

Pourquoi Emmanuel Macron est-t-il réticent à la mise en place du prélèvement à la source ? Michaël Darmon nous faire découvrir ce lundi l'envers du décor.

 

Régulièrement, Emmanuel Macron a commencé ses meeting de campagne en se disant fier d’être issu de la province, en l’occurrence d’Amiens. Cet ancrage donne une première explication. Emmanuel Macron préfère le charme discret du tiers provisionnel. Pour une raison: il n’aime pas que l’entreprise entre dans l’intimité fiscale des foyers.

 

Dès l’époque de Bercy, Macron, ministre des Finances, était contre cette réforme voulue par François Hollande. Et c’est la deuxième raison de cette réticence. Emmanuel Macron est encore dans le droit d’inventaire de l’action de son prédécesseur .

 

Il a du mal a endosser une réforme voulue par François Hollande sur lequel il a toujours un jugement sévère. Et ce ne sont pas les missiles hollandais tirés depuis Cherbourg ce week-end par François Hollande qui vont apaiser le climat.

 

Alors pourquoi a-t-il laisse travaillé Bercy sur la réforme ? Pourquoi ne pas l’avoir supprimée ?

 

C'est tout le paradoxe d'Emmanuel Macron. Il avait promis de changer le système et les usages. A l’Elysee , il faut savoir que Alexis Kohler est pour franchir le PAS (le prélèvement à la source). Mais voilà les temps ont changé. Les conditions budgétaires sont moins favorables.

Des  caciques de la majorité, Richard Castaner et Richard Ferrand, font valoir le danger d’une réforme, pourtant bien acceptée sur le principe par les contribuables concernés. Ils lui disent qu'une feuille de paie avec des centaines euro en moins rendra le président inaudible auprès des Français.

 

Emmanuel Macron sensible à cet argument et confie ses doutes qui fuitent dans la presse. Voilà comment le président réformateur s’est mis en situation d’enterrer une réforme. Sortir de cette impasse est devenu le problème numéro un du président. 

 

Plus important même à ses yeux que le remaniement, qui touche moins la vie quotidienne des Français. Réponse demain !