Des arrières grands-pères et des arrières grands-mères de 85 ans qui ont encore leurs parents

  • A
  • A
2:11
En attendant demain est une chronique de l'émission Europe Matin - 7h-9h
Partagez sur :

Face aux progrès de la médecine et à l'augmentation de l'espérance de vie, les centenaires vont devenir la norme. Mais quel monde cela nous dessine-t-il ?

Avec le progrès, l’espérance de vie s’accroît et la probabilité de passer le cap du siècle augmente. Mais quel est l’intérêt de vivre juqu’à 100 ans ?

Il devrait y avoir 3,2 millions de centenaires dans le monde en 2050, soit 10 fois plus qu’aujourd’hui. Ça sera du jamais vu dans l’histoire de l’humanité, une véritable génération de grands papis et de grandes mamies débarque. Vue comme ça c’est plutôt sympa, la famille va s’agrandir. À table ou devant un sapin de Noël, cinq générations pourront se rassembler. Dans la cour de récré, ça en jette de dire que l’on a une arrière-arrière-grand-mère. Mais bon, ça fait aussi réfléchir. Tout le monde n’a pas le cœur et les mollets de Robert Marchand qui boucle 22 kilomètres en vélo en une heure à 105 ans.
En France, il est difficile de copier le régime japonais à base d’algues et de tofu pour garder la forme au bout d’un siècle.

Vivre de plus en plus vieux ce n’est finalement pas si réjouissant ?

À 80 ans, le poids des ans commence à se faire sentir et l’arthrose n’est pas encore éradiquée. Les progrès de la médecine sont parfois en trompe l’œil, ils vous maintiennent en vie mais dans un lit.
D’ailleurs, s’occuper des personnes de plus en plus âgées et de moins en moins autonomes sera un des défis majeurs du 21e siècle. Au japon et en Corée, on n’imagine pas leur avenir sans des robots compagnons qui portent bien leur nom. Mais, question de culture sans doute, ils n’ont pas encore débarqué dans nos campagnes et remplacé l’aide à domicile.

Se pose aussi la question de l’héritage ?

La plus cruelle ! À force de vieillir, l’âge de l’héritage est sans cesse repoussé. Terminée l’enveloppe pour acheter un appart à la quarantaine, monter un petit commerce ou passer des vacances aux Seychelles.
Demain, l’héritier virtuel sera déjà un senior, aux portes de la retraite lorsque il pourra compter sur le patrimoine de ses parents. Eux même feront partie de ces super-séniors dont l’héritage aura hélas été englouti dans des frais d’hébergement, de plus en plus longs.
Voilà à quoi ça risque de nous mener cette recherche de l’ immortalité à tout prix.