Serres ouvertes : les producteurs de tomates et concombres ouvrent leurs serres au public

SAISON 2017 - 2018
  • A
  • A
2:45
Partagez sur :

Chaque matin, Marion Sauveur nous parle d'alimentation, de "mieux manger", de solutions concrètes pour changer ce qu'il y a dans notre assiette.

On passe à l’alimentation. Ce matin Marion Sauveur, dans votre assiette il y a des tomates et des concombres.

Oui, dans le studio aussi, de quoi faire une bonne salade ! Parce que c’est enfin la saison des tomates, le légume préféré des Français après la pomme de terre. Nous en consommons chaque année 15 kilos chacun.

Comme le concombre, la tomate est à 85% cultivée dans des serres en hors sol. Un mode de production mal connu, c’est pourquoi l’Association des producteurs de Tomates et Concombres de France lance l’opération “Serres ouvertes” à partir d’aujourd’hui et jusqu’à samedi.

Ca consiste en quoi la culture sous serre en hors-sol ?

Vous savez que la tomate et le concombre viennent de pays tropicaux, l’Amérique du Sud pour la tomate et l’Asie du Sud-Est pour le concombre. Ils ont été ramenés par les "Conquistadors" au XVIe siècle. La serre permet de recréer un écosystème : les conditions de culture comme dans leurs milieux d’origine, et elle protège aussi les productions du froid, du vent ou encore des insectes parasites.

Et pour créer cette atmosphère, la serre est chauffée, ce qui a un impact sur l’environnement.

Oui, mais les producteurs se sont engagés dans une démarche écologique par exemple en intégrant sous les serres plusieurs types d’insectes : des coccinelles et des punaises pour dévorer les pucerons ; ou encore des bourdons pour favoriser la pollinisation des plantes. Au sol, la terre est remplacée par des supports composés de roches volcaniques ou d’écorce, ce qui permet de réduire le risque de maladies. Les producteurs maîtrisent l’irrigation des plants en alimentant que les racines en goutte-à-goutte, avec une eau enrichie en minéraux et oligoéléments.

Et cultiver les tomates hors-sol ça n’altère pas le goût ?

Ce qui est sûr c’est qu’il est possible de faire en hors sol du bon comme du mauvais, selon la façon dont la tomate est cultivée et récoltée à maturité ou non. Et puis s’il y a moins de soleil, les tomates seront gorgées d’eau et auront moins de saveurs. Mais depuis quelques années, les cultivateurs ont étoffé leurs gammes, pour créer des variétés plus aromatiques issues de semences anciennes.

Près de 500 variétés de tomates sont aujourd'hui proposées en France : les grappes pour consommer en salade, les rondes pour réaliser de belles sauces tomates avec un peu de sucre si la saveur est trop acide, les allongées à faire à la provençales, les côtelées idéales en carpaccio, ou encore les cocktails pour croquer crues, toutes ont leur particularité.

Attention à ne pas conserver votre tomate au réfrigérateur, elle va perdre son bon goût, laissez-la toujours à température ambiante sans enlever le pédoncule et pas plus de 4 jours. Quant au concombre, il se conserve au frais, une semaine dans le bac à légumes. L’idéal pour le cuisiner, c’est de ne pas l’éplucher : dans la peau il y a plein de vitamines et de fibres. Ce qu’on sait peu c’est qu’on peut le cuire : à la vapeur, le faire dorer quelques minutes à la poêle ou en gratin. Vous pouvez le manger en salade ou sinon en gelée comme chez Jacky Ribault à Vincennes avec un tartare de sardine et d’avocat, c’est très frais.

Si je veux visiter une serre, comment je dois m’y prendre ?

C’est tout simple, il suffit de s’inscrire sur le site Tomates de France (www.tomates-de-france.com) dans l’un des 22 producteurs ouvrent leurs portes un peu partout en France : dans les Pays de la Loire, en Bretagne, Nouvelle-Aquitaine, dans le Lot-et-Garonne, en Occitanie, en Auvergne-Rhône-Alpes ou encore région PACA. Vous ne pourrez pas bien sûr toucher aux légumes mais une fois la visite terminée, vous aurez droit à une dégustation des produits.

Les émissions précédentes