Locations entre particuliers : "Les étrangers représentent désormais un tiers des locations"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le monde bouge est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1 - Le 6h - 9h
Partagez sur :

Chaque jour, Axel de Tarlé fait un point sur l'économie.

Les locations de vacances entre particuliers grimpent encore : +15 % en 2018, selon une note de l'Insee.

On parle là de toutes les locations de vacances entre particuliers sur Airbnb, Abritel, ou encore Leboncoin. La croissance de 15% de l'an dernier est portée notamment par les touristes étrangers, qui sont de plus en plus nombreux à passer par ces plateformes pour louer en France. Les étrangers représentent désormais un tiers des locations.

Alors faut-il s'en réjouir ou s'en inquiéter ?

Il y a deux risques à cette situation. Tout d'abord le surtourisme, avec des quartiers qui meurent car tous les logements sont passés en Airbnb. Et puis, il y a aussi la concurrence déloyale pour les professionnels du tourisme, qui sont bardés de normes et de taxes, et qui subissent la concurrence de pseudo-particuliers qui n'ont pas les mêmes contraintes. Mais la note de l'Insee se veut rassurante. Ce phénomène est assez diffus, il ne se concentre pas uniquement dans les arrondissements les plus touristiques de Paris : 83 % des logements sont loués hors régions parisiennes. 

Et puis, les locations entre particuliers ne représentent que 14 % de l'activité touristique marchande. Ça veut dire que les hôtels, les campings et les autres infrastructures professionnelles sont largement majoritaires. Donc, on est bien là face à une activité complémentaire qui permet d'accompagner l'essor du tourisme et permet à certains particuliers d'arrondir un peu leur fin de mois en attirant une clientèle familiale qui de toute façon n'irait pas forcément à l'hôtel. S'il y a surement des abus dans certains arrondissements, la note de l'Insee montre tout de même que le développement des locations entre particuliers est maîtrisé.