Comment le mouvement Metoo a-t-il changé les relations hommes/femmes en entreprise ?

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le monde bouge est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1 - Le 6h - 9h
Partagez sur :

Chaque jour, Axel de Tarlé fait un point sur l'économie.

Comment le mouvement Metoo a-t-il changé les relations hommes/femmes en entreprise ?
Les grandes entreprises n'hésitent plus à renvoyer certains cadres dirigeants pour "comportement inapproprié".

Le Cabinet de conseil Deloitte a avoué s’être séparé ces quatre dernières années de 20 associés au Royaume-Uni pour comportement inapproprié. 20 sur 1.000 associés, cela reste un petit chiffre mais suffisamment représentatif pour que le Financial Times y consacre un long article.
KPMG de son côté confesse sept renvois pour le même motif.
Ces cabinets expliquent que certaines choses, qui étaient autrefois tolérées, ne passent plus aujourd’hui.
Par exemple, quand un patron ou un cadre dirigeant se retrouve dans un bar avec l'une de ses collègues junior et commence à jouer la séduction, en espérant plus. Ça n'est plus acceptable, car la jeune femme se retrouve dans une position inconfortable.
Typiquement, on a là un comportement inapproprié.

On sait que beaucoup d'histoires d'amour naissent au travail. Est-ce impossible maintenant ? Est-ce "inapproprié" ?

On passe beaucoup de temps au travail et des aventures officielles ou officieuses peuvent donc se nouer.
Selon un sondage OpinionWay de 2015, une personne sur quatre dit être déjà tombée amoureuse en entreprise et une personne sur six a déjà échangé des SMS coquins.

Pour ne pas perdre le charme de ces joyeusetés de la vie au travail, il y a une nouvelle règle qui se met en place dans les entreprises de la Silicon Valley (Chez Google ou Facebook par exemple). Il s’agit de la règle du "One Date". On a le droit de proposer à un ou une collègue de sortir le soir après le travail, une fois. Si on prend un "vent" et que le ou la collègue dit non, c'est non. On n’a plus le droit de lui proposer une deuxième fois, ce serait inapproprié.
C'est un fusil à un coup, chacun a le droit à une proposition, il s'agit de ne pas se rater.