Ciblage publicitaire : Facebook accusé de se baser sur la couleur de la peau, le sexe et les origines

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le monde bouge est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1 - Le 6h - 9h
Partagez sur :

Chaque matin, Axel de Tarlé décrypte l'une des actualités économiques marquantes du jour.

Facebook fait face à des accusations gravissimes et le gouvernement américain ne plaisante pas.

Facebook est accusé de cibler les utilisateurs en fonction de la couleur de leur peau, de leurs origines ou même de leur handicap. Ça concerne l'immobilier et notamment les publicités pour acheter un logement.
Par exemple, si l'algorithme Facebook constate que vous vous intéressez un peu trop aux accès en fauteuil roulant, vous ne recevrez plus de publicités pour acheter un logement.
Ce sont évidemment des accusations très graves. Le ministre américain du Logement (Ben Carson) estime que "Facebook discrimine en fonction de qui sont les gens. Cela permet d'exclure ceux qui "ne sont nés aux États-Unis, qui ne sont pas chrétiens ou qui s’intéressent aux accès aux handicapés, à la culture hispanique".

La justice a été saisie et on imagine que le juge va donner suite. Facebook a d'ores et déjà annoncé qu'il allait changer ses pratiques de ciblage publicitaire.

Mais il y a déjà eu un scandale l'an dernier sur l'utilisation de nos données par Facebook. C'est un problème récurrent ?

C'est un problème de fond, on voit des dérives tous les jours.
Alors, ça peut paraître anodin comme Mac Donald qui annonce qu'il va proposer des menus différenciés suivant ce qu'il sait de nous et de nos données. Ça veut dire quoi ? On va jusqu'où ? Vous êtes un peu gros, ça veut dire que vous aimez les frites ? Vous êtes riches, on vous propose le menu Premium ?
De la même façon, Tinder (le logiciel de rencontre amoureuse) utilise les données pour se faire rencontrer les gens. Si vous êtes beaux, populaires et "likés", on vous mettra en relation avec des gens beaux et populaires.
Il n’y a plus de hasard, on est prédestiné par un logiciel.
Même la justice s'y met puisqu’aux États-Unis, un algorithme fait des recommandations de peine d'emprisonnement en fonction de qui vous êtes, de votre passé, de l’utilisation de drogues ou du soutien familial.

On le voit les Algorithmes prennent le pouvoir et ça fait peur parce que la science-fiction devient réalité.
Avec sa RGPD (Reglement General sur la Protection des Données) l'Europe vise à protéger nos données et mène un vrai combat pour conserver un minimum de vie privée.