Smart : le chinois Geely veut racheter 50% des parts de la marque allemande

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le monde bouge est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1 - Le 6h - 9h
Partagez sur :

Chaque matin, Axel de Tarlé décrypte l'une des actualités économiques marquantes du jour.

La Smart ne sera plus fabriquée en France, mais en Chine.

Un coup dur pour la Moselle et la ville d'Ambach où est fabriquée la petite voitures deux places.
À partir de 2024, la Smart sera fabriquée en Chine. L'usine française ne fermera pas, elle doit accueillir le prochain 4X4 électrique de Daimler.

La Smart appartient aujourd'hui à l'Allemand Daimler (Mercedes) mais elle n'a jamais été rentable.
Daimler se désengage donc au profit des Chinois qui, à l'inverse, ont de grandes ambitions pour cette petite voiture deux places qui sera 100% électrique. Elle devrait être parfaite pour rouler dans les grandes villes encombrées et polluées de Chine. La future Smart électrique sera donc fabriquée à Hengzou, dans les usines du constructeur chinois Geely.

La smart va donc devenir chinoise.
Faut-il s'inquiéter de la main-mise des Chinois sur le secteur automobile ?

Clairement, les Chinois s'invitent chez Smart. Ils sont aussi les premiers actionnaires de Daimler (Mercedes), possèdent 100% de Volvo sont les premiers actionnaires de Peugeot Citroën.
Plus grave, que cette main-mise capitalistique, il faut redouter la main-mise industrielle. Il faut se rappeler que la quasi-totalité des batteries sont fabriquées en Asie, en Chine notamment.
Si la Smart part en Chine c'est d’ailleurs parce que les batteries sont fabriquées en Chine, il vaut donc mieux assembler la future Smart électrique directement en Chine plutôt qu'en Europe.

Avec l'avènement de la voiture électrique, faut-il craindre d'autres délocalisations ?

C'est exactement la mise en garde du patron de Peugeot-Citroën, il y a trois semaines dans le Figaro.
L'Europe s'est imposée un virage électrique, le plus ambitieux du monde. "Très bien mais, prévient-il, ce ne sera pas sans conséquence sur les usines et les 13 millions de salariés du secteur automobile".
Nicolas Barré en parlait la semaine dernière, il y a déjà 20.000 suppressions de postes qui ont été annoncées dans l'automobile en Europe d'un mouvement plus large.

La petite smart qui part en Chine pourrait malheureusement n'être qu'un signe avant coureur.
Après le textile, l'électroménager et l'électronique, ne faut-il pas d'urgence s'inquiéter de ce que l'automobile pourrait, elle aussi, maintenant partir en Chine ?