Vélos et motos : des casques à l'épreuve des chocs

  • A
  • A
1:42
L'innovation du jour est une chronique de l'émission Europe Matin - 5h-7h
Partagez sur :

Chaque jour, Anicet Mbida nous fait découvrir une innovation qui pourrait bien changer notre façon de consommer. Ce lundi, il sintéresse à des casques de moto ou de deux roues qui sont plus fins et qui ne craignent pas les chocs.

L’innovation du jour, ce sont des casques pour vélos et motos avec une plus grande longévité. Notamment parce qu’on va pouvoir les réutiliser après un choc.

Cela pourrait tout changer. Car, aujourd’hui, tous les motards le savent : dès qu’on a un accident ou que son casque tombe, il est recommandé de le changer. Pourquoi ? Parce que la mousse intérieure peut avoir été déformée et tassée, ce qui peut lui faire perdre son efficacité s’il doit absorber un nouveau choc au même endroit. Cela peut donc finir par revenir cher si on doit en acheter un à chaque fois qu’il nous glisse des mains.

Heureusement, ce ne sera plus cas avec un tout nouveau type de casque. Il utilise un gel comme revêtement intérieur à la place de la mousse ou du polystyrène actuel. Comme c’est du gel, il pourra reprendre sa forme, donc conserver sa capacité d’absorption, même en cas de nouveau choc au même endroit.

C’est une technologie baptisée "liquid nanofoam", que l’on pourrait traduire par de la "nano-mousse liquide". 

Quand seront disponibles les premiers casques ?

En principe, au printemps. Ce seront d’abord des casques de football américain. C’est une technologie développée aux États-Unis à l’université d’État du Michigan (l’équipe des Lions de Detroit).

Mais des fabricants de casques pour vélo ont également pris une licence. Car le gel permet de faire des casques plus souples qui épousent parfaitement la forme de la tête. Ce qui permet de faire des modèles à la fois plus confortables et moins encombrants.

En revanche, je pense que les fabricants de casques pour moto vont un peu trainer des pieds. On imagine qu’ils préfèrent vendre un nouveau casque à chaque choc, plutôt qu’un seul qui dure plus longtemps.