Intelligence artificielle : bientôt des voyages virtuels à la place des voyages en avion

  • A
  • A
1:42
L'innovation du jour est une chronique de l'émission Europe Matin - 5h-7h
Partagez sur :

Avec la pandémie et la honte de l’avion, les compagnies aériennes réfléchissent au voyage du futur. Les Japonais de ANA vont par exemple proposer des robots de téléprésence qui permettront de visiter ses proches ou certains lieux en restant chez soi.

Avec le confinement, il est devenu quasiment impossible d’aller à l’étranger pour jouer les touristes. Du coup, les compagnies aériennes réfléchissent à une toute nouvelle façon de voyager, mais cette fois sans sortir de chez soi.

C’est un projet surprenant de la compagnie japonaise ANA. L’idée, c’est de nous faire voyager à travers les yeux et les oreilles d’un petit robot. Donc on reste à la maison. On se met un casque de réalité virtuelle sur la tête. Et on contrôle le fameux robot, sa caméra, son micro, à distance.

On ne parle pas d’un projet complètement loufoque, ces robots commencent à être utilisés dans un centre commercial au Japon pour faire ses courses à distance.

En tout, plus de 1.000 robots vont être déployés un peu partout dans le monde. Notamment à Tokyo, cet été, pour vivre les Jeux Olympiques, même confiné chez soi.

À quoi vont-ils ressembler ?

Il faut s’imaginer une base à roulette. Au-dessus, un manche et tout en haut, une tablette où on peut afficher son visage pour donner l’impression aux gens qu’on est vraiment là.

Avantage, ce n’est pas réservé au tourisme. En ce moment, avec le confinement, beaucoup utilisent des groupes de visioconférence WhatsApp ou de Facetime pour se faire des apéros virtuels à plusieurs. Demain, cela pourrait être fait avec ces robots "de téléprésence" comme on les appelle.

C’est quand même surprenant que ce soit une compagnie aérienne derrière ce projet.

Finalement, pas tant que ça. Vous savez, entre la peur des attentats, des mouvements comme "la honte de l’avion" et maintenant la pandémie de coronavirus, les compagnies sont obligées de se demander à quoi ressemblera le voyage du futur. Une des réponses, c’est peut-être, tout simplement, de ne plus voyager du tout et de passer au virtuel.