Des bracelets pour empêcher la main de trembler

  • A
  • A
1:38
L'innovation du jour est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1 - Le 6h - 9h30
Partagez sur :

Anicet Mbida nous offre chaque matin ce qui se fait de mieux en matière d'innovation.

Ce matin, vous nous parlez d’une avancée pour tous ceux qui souffrent de tremblements. On vient de mettre au point un bracelet qui empêche la main de trembler.

Oui, il a complètement changé la vie de ceux qui le portent. Parfois, les mains tremblent tellement que l’on ne peut pas boire un verre sans le renverser, on ne peut pas écrire, il est difficile de manger… Bref, c’est très handicapant. Ce bracelet stimule deux nerfs du poignet. Ce qui va atténuer les tremblements, voire même les faire disparaître. On vous a mis des vidéos sur Europe1.fr. Allez voir, c’est impressionnant. Le bracelet a été mis au point par des chercheurs de l’université du Kansas aux États-Unis. Il sera présenté ce soir au congrès de l’Académie de Neurologie à Los Angeles. Rappelons que ce type de tremblement, le tremblement que l’on appelle essentiel ou héréditaire, est aujourd’hui la maladie neurologique la plus fréquente. Une personne sur 200 en moyenne est touchée et pas seulement chez les personnes âgées.

Est-ce que ce sont les mêmes tremblements que dans la maladie de Parkinson ?

Non, justement. On les confond à tort, ce qui est encore plus handicapant pour ceux qui en souffrent. En fait, il y a deux types de tremblements : si on a la maladie de Parkinson, on peut tenir un verre d'eau sans problème. La plupart du temps, on ne tremble qu’au repos, une fois le verre reposé. Mais si on a un tremblement essentiel, c’est l’inverse : au repos, la main ne tremble pas. C’est quand on prend le verre que l’on se met à trembler. Donc le tremblement de Parkinson, c’est au repos. Le tremblement essentiel, c’est pendant l’action.

Mais est-ce que ce bracelet pourrait aussi aider dans la maladie de Parkinson ?

Ce n’est pas ce qui sera présenté ce soir, mais ils y travaillent. Car le bracelet a l’avantage d’éviter les antiépileptiques, les bêtabloquants, les anxiolytiques et leur kyrielle d’effets secondaires. Il évite également la chirurgie, car dans les cas graves, de Parkinson ou de tremblements essentiels, la seule solution sera de percer le crâne et de placer un stimulateur directement sur le cerveau. Or entre un bracelet et la chirurgie, le choix est vite fait.C’est le premier traitement non invasif et sans effet secondaire. C’est pourquoi on le suit avec attention.