Veolia refuse de vendre sa participation de 29,9% dans Suez

  • A
  • A
Suez tente de contrer son rachat par Veolia.
Suez tente de contrer son rachat par Veolia. © AFP
Partagez sur :
Suez a annoncé dimanche avoir obtenu le soutien des fonds Ardian et GIP pour proposer "une solution amicale" à Veolia afin de trouver une issue à la guerre que les deux groupes se livrent depuis que Veolia a lancé l'été dernier son projet de rachat de Suez. Mais Veolia a indiqué qu'il refusait de vendre sa participation de 29,9% dans Suez. 

Après des mois de quête pour trouver comment éviter d'être racheté par Veolia, Suez a annoncé dimanche avoir obtenu une offre des fonds français Ardian et américain GIP, pour parvenir à une "solution amicale" avec son concurrent, qui a immédiatement envoyé une fin de non recevoir.

Le conseil d'administration "a reçu une lettre d'intention d'Ardian et de GIP (Global Infrastructure Partners), visant à permettre une solution amicale et rapide à la situation créée par l'intention d'offre de Veolia", a indiqué le groupe dans un communiqué. Cette offre vise à garantir la pérennité des deux géants français de l'eau et des déchets en proposant une porte de sortie à Veolia.

La lettre d'intention d'Ardian et GIP reçue par Suez "ouvre la voie à une solution globale avec diverses modalités d'exécution possibles, d'effet équivalent, y compris une offre d'achat des actions Suez par les investisseurs, au prix de 18 euros par action, coupon attaché", a détaillé Suez dans un communiqué. En clair, les deux investisseurs et Suez proposeraient notamment à Veolia de lui racheter, au même prix, les 29,9% du capital de Suez qu'il a acquis auprès d'Engie début octobre.

Veolia défend son projet

"Le conseil d'administration m'avait demandé de travailler sur des solutions alternatives et de chercher d'autres investisseurs. C'est chose faite, avec ce consortium qui est prêt à accompagner Suez", a défendu Bertrand Camus, lors d'un entretien téléphonique avec des journalistes. Les modalités "resteront à négocier avec Veolia, si Veolia accepte la main tendue de Suez", a-t-il indiqué, précisant qu'il a prévenu Antoine Frérot, le PDG de Veolia, peu avant d'annoncer publiquement cette offre.

Mais Veolia a immédiatement refusé toute idée de se désengager de Suez : "Veolia rappelle ce soir que les 29,9% qu'il possède au capital de Suez ne sont pas et ne seront pas à vendre", a rétorqué le groupe dans un communiqué, défendant son projet de construire un "champion mondial de la transformation écologique". "Tout projet qui impliquerait directement ou indirectement la cession par Veolia de sa participation au capital de Suez, ou d'autres cessions dénaturant le projet industriel que le groupe porte, est considéré comme hostile par Veolia", a-t-il ajouté.

GIP, un nouveau venu dans le dossier

Si le nom d'Ardian, fonds d'investissement de premier plan en France, circule depuis plusieurs mois comme possible trouble-fête aux desseins de Veolia, l'américain GIP est un nouveau venu dans le dossier. Ce fonds, spécialiste de l'investissement dans les infrastructures, gère plusieurs dizaines de milliards de dollars d'actifs. Ardian et GIP "offrent une base actionnariale stable pour accompagner le développement de Suez en France et à l’étranger, dans un souci constant du respect de l’intérêt public", ont défendu les deux entreprises dans un communiqué conjoint.

Selon Bertrand Camus, ce plan B "a l'avantage de cocher beaucoup de cases", au-delà du maintien de l'autonomie de Suez. Il permettra notamment de fournir "l'assurance d'un capital majoritairement français, avec une augmentation significative de l'actionnariat salarié", selon le communiqué. Cette offre "permet de garder deux leaders français dans les services à l'environnement au moment où les marchés sont extrêmement porteurs (...), d'assurer la préservation de l'emploi, le maintien d'une concurrence indispensable, notamment en France", a encore insisté Bertrand Camus.

Pour répondre aux lois anti-trust, Veolia prévoit en effet de céder Suez Eau France, coeur de son histoire, au fonds Meridiam. Un projet qui inquiète les salariés de Suez et qui est vivement dénoncé par la direction du groupe, qui tente désespérément depuis des semaines de trouver une issue.