SNCF : les "gilets jaunes" n'empêchent pas de voyager pour Noël

  • A
  • A
La SNCF a été assez peu touchée par le mouvement des "gilets jaunes", selon Guillaume Pepy.
La SNCF a été assez peu touchée par le mouvement des "gilets jaunes", selon Guillaume Pepy. © BERTRAND GUAY / AFP
Partagez sur :
"Les voyageurs sont là", a insisté le patron de la SCNF, vendredi, lors d'une visite du chantier de la gare Montparnasse, à Paris. 

La SNCF n'a pas renoncé aux animations dans les gares pour les départs en vacances car le mouvement des "gilets jaunes" ne doit pas faire oublier "l'esprit de Noël", a affirmé vendredi son patron Guillaume Pepy.

"Il y a certes les 'gilets jaunes', il y a certes toutes les questions qui sont posées, mais il y a aussi l'esprit de Noël: il y a les enfants, il y a les parents, il y a les pères Noël... Et on n'a pas voulu annuler tout ça parce que ça fait aussi partie de la vie", a expliqué Guillaume Pepy en marge d'une visite du chantier de la gare Montparnasse, à Paris.

Maintenir "l'esprit de Noël". "Les voyageurs sont là", a-t-il insisté. "Les voyageurs ont besoin des trains, au quotidien et pour partir pour les vacances de Noël. Et on a tenu à ce que les gares soient dans leur état normal, c'est-à-dire qu'il y ait des pères Noël, il y a des petits cadeaux, il y a des enfants, il y a des ballons... L'esprit de Noël doit être là même si le pays traverse une phase qui est délicate."

La SNCF, peu touchée par le mouvement des "gilets jaunes". "Tout le monde a envie qu'on soit dans le calme et sereins", a insisté Guillaume Pepy. "Il y a plus de voyageurs pour le Noël 2018 par rapport au Noël 2017, on a une augmentation de 3%", a relevé le patron de la SNCF, qui attend 8 millions de voyageurs sur les grandes lignes en quinze jours. La SNCF a été assez peu touchée par le mouvement des "gilets jaunes", selon lui. "Il y a eu moins de voyageurs pendant les trois ou quatre samedis de manifestations parce que les familles hésitaient à venir avec les enfants pour voir les grands magasins et les animations dans Paris, mais ça a été très ponctuel, et ça a seulement concerné ces samedis-là", a-t-il dit. "Toutes les questions qui sont posées autour du prix de l'essence, de la mobilité... conduisent plutôt à dire qu'il faut plus de transport collectif, plus de transport ferroviaire", a-t-il ajouté.