Prélèvement à la source : les trois réflexes à avoir devant votre fiche de paie

  • A
  • A
Partagez sur :

Le prélèvement à la source devient aujourd'hui une réalité sur la fiche de paie de quatorze millions de Français. Une réalité qui suscite aussi quelques questions.

EUROPE 1 VOUS ACCOMPAGNE

La réforme du prélèvement à la source va connaître son heure de vérité. Après les retraités, les chômeurs et les travailleurs indépendants, les derniers jours du mois de janvier marquent une nouvelle étape, avec l'envoi aux salariés des premiers bulletins de paye amputés du montant de l'impôt sur le revenu. Parmi les 25 millions de salariés en France, onze ne sont pas imposables et ne vont donc pas connaître de changement par rapport au revenu mensuel qui leur était jusqu'à présent versé. Restent quatorze millions de Français, qui vont eux être confrontés pour la première fois à la retenue à la source. "C'est une étape très importante" mais "il n'y a aucune raison qu'elle ne se passe pas aussi bien que les étapes précédentes", a assuré le directeur général des finances publiques Bruno Parent, lors d'une intervention sur Facebook.

Et pourtant, la réforme, sur laquelle Emmanuel Macron lui-même avait émis quelques doutes en fin d'année dernière, suscite néanmoins un peu d'inquiétude au sein de l'administration fiscale, qui a mobilisé plusieurs centaines d'agents pour répondre aux interrogations des contribuables. Pour éviter de paniquer face à cette (grande) nouveauté, Europe 1 a listé pour vous les trois bons réflexes à avoir en cas de doute.

Vérifiez votre taux d'imposition

Pour les quatorze millions de salariés assujettis à l'impôt, ce sera la conséquence directe de la réforme : leur net à payer va baisser. Ce net à payer correspond au salaire mensuel moins la retenue née de l'impôt, calculée à partir d'un taux de prélèvement sur votre revenu de base. Ce taux de prélèvement figurait sur votre déclaration de revenus 2017 effectuée au printemps 2018 et sur votre avis d'impôt à l'été 2018. Vous pouvez également retrouver ce taux à tout moment sur le site impots.gouv.fr, dans votre espace particulier. Vérifiez que le taux qui apparaît dans ces documents officiels correspond à celui en bas de votre fiche de paie.

Si tel n'est pas le cas, vérifiez s'il s'agit d'un taux personnalisé ou non personnalisé, la précision étant apportée sur votre bulletin de salaire. Un taux personnalisé a été calculé sur votre déclaration de revenus de l'année précédente (2017 donc) alors que le taux non personnalisé l'a été sur la base de la rémunération versée. Il offre plus de discrétion à votre employeur par rapport à vos revenus.

"S'il s'agit de votre taux personnalisé et qu'il ne correspond pas à celui mentionné sur votre avis ou dans votre espace particulier sur impots.gouv.fr, contactez l'administration fiscale par téléphone, courriel ou en vous rendant dans un centre des Finances publiques", précise le ministère. S'il s'agit d'un taux non personnalisé, alors que vous n'aviez pas choisi cette option, plusieurs explications sont possibles. Si vous avez changé d'employeur, il y a un délai de deux mois avant l'application du taux personnalisé; si vous êtes un jeune actif et que vous êtes rattaché au foyer fiscal de vos parents, c'est normal, le taux personnalisé des parents n'est pas transmis; enfin, il peut s'agir d'un problème d'identité, avec des données d'état civil incomplètes ou erronées, et dans ce cas-là, il vous faut contacter l'administration fiscale pour une mise à jour.

Enfin, sachez que, pour un couple pacsé ou marié, vous pouvez choisir un taux individualisé correspondant aux revenus d'une seule personne dans le couple et non aux revenus des deux membres du couple. 

Demandez l'actualisation de votre taux le cas échéant

Votre taux de prélèvement ne correspond plus à votre situation personnelle ou professionnelle ? Vous pouvez à tout moment en faire état à l'administration fiscale. Vous pouvez ainsi déclarer un changement de situation de famille (naissance, décès, mariage ou pacs) qui peut affecter le montant de votre impôt sur le revenu. Toujours sur votre espace personnel, vous pouvez modifier votre taux, à la hausse ou à la baisse, suite à une variation importante de revenus. Le ministre de l'Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, a indiqué lundi que près d'un million et demi de connexions ont été enregistrées depuis le 2 janvier sur le service "gérer mon prélèvement à la source". 294.376 baisses de taux de prélèvement ont été demandées, contre 182.713 hausses.

Votre employeur a deux mois pour appliquer votre taux actualisé. Dans tous les cas, l'administration fiscale vérifie les informations et procède à la demande d'un complément d'impôts ou à la restitution d'un éventuel trop-versé.

Contactez le fisc en cas de question

Si tout change dans la collecte de l'impôt, un élément, lui, ne change pas. L'administration fiscale reste votre seul interlocuteur en cas de souci. Inutile donc de contacter la direction des ressources humaines de votre entreprise. Vous avez trois grands moyens pour contacter l'administration fiscale. Vous pouvez appeler le 0 809 401 401. Ce numéro a fait l'objet de nombreuses sollicitations depuis sa mise en place le 2 janvier dernier. Cette affluence a obligé l'administration fiscale à déployer des renforts, avec 200 puis 500 agents supplémentaires dans les quatorze "centres de contact" mis en place par le gouvernement pour répondre aux appels des contribuables. Vous avez également la possibilité de vous rendre dans un guichet des impôts, comme l'ont fait un million de contribuables depuis le début du mois. Vous pouvez aussi opter pour la messagerie en ligne, toujours via votre espace personnel. Enfin, le site prelevementalasource.gouv.fr présente tout un ensemble de guides, vidéos, fiches pratiques ou idées reçues sur la question et sur toutes les situations plus ou moins communes que vous pourriez connaître.