On a visité Flatmates, la colocation des start-up de Station F

, modifié à
  • A
  • A
Les logements de Station F sont conçus pour être aménagés selon les besoins des six colocataires.
Les logements de Station F sont conçus pour être aménagés selon les besoins des six colocataires. © STATION F / Benoit Florençon
Partagez sur :
Après avoir ouvert en 2017 Station F, incubateur de 1.000 start-up, Xavier Niel a décidé de loger 600 de ses entrepreneurs dans ce qui constitue le plus grand espace de cohabitation d'Europe.
REPORTAGE

Quelque 600 entrepreneurs qui travaillent ensemble, mangent ensemble, dorment ensemble, font la fête ensemble 24h/24h : c’est le nouveau projet de Xavier Niel. L’homme d’affaires a fait construire trois tours d'habitation à Ivry-sur-Seine, spécialement pour loger les entrepreneurs de Station F, son incubateur de start-up géant. Un investissement qui se compte en dizaines de millions d'euros mais qui s'avère nécessaire : en effet, un entrepreneur du campus sur trois ne gagne pas (encore) d'argent. 

Des appartements bon marché et fonctionnels

Niché au cœur du quartier industriel d'Ivry-sur-Seine, le complexe "Flatmates" détonne par sa modernité. Les trois tours, gris anthracite et hautes de 16 étages, s'élèvent au-dessus des entrepôts, à une centaine de mètres de la Seine. Elles ont été conçues par l'architecte Jean-Michel Wilmotte, qui avait transformé la Halle Freyssinet pour qu'elle accueille Station F. Il s'agit du plus grand espace de cohabitation d’Europe. À l'intérieur, 100 appartements standards ont été aménagés pour pouvoir accueillir une partie des entrepreneurs de Station F.

Ces logements répondent à un besoin, selon Marwan Elfitesse, chargé des programmes start-up à Station F : "Être un entrepreneur n'a rien de facile : 33% ne se versent aucun salaire", a-t-il souligné jeudi. Une problématique financière qui rend difficile l'obtention d'un logement à Paris.

Station F 1

Station F souhaitait donc "dès le début", proposer des logements fonctionnels et bon marché à ses entrepreneurs, selon la directrice Roxanne Varza. Le résultat est plutôt réussi. Les appartements sont organisés autour d'une grand pièce à vivre, avec un salon et une cuisine ouverte. Ici, pas de télévision mais une table autour de laquelle les six colocataires de l'appartement peuvent se retrouver pour partager les repas et échanger. De larges baies vitrées laissent passer la lumière et une terrasse commune à l'étage permet de prendre l'air. Quant au mobilier, épuré et modulable, il semble tout droit sorti d’un catalogue de décoration.

Les chambres sont réparties autour de cette pièce principale, avec plusieurs configurations possibles. La chambre standard (399 euros par mois), la plus petite, est équipée d'un petit lit double et de placards intégrés dans les murs, rien de plus. Le locataire partage sa salle de bain et ses toilettes avec une autre personne. La chambre premium (549 euros), un peu plus grande, va de pair avec une salle de bain privatisée. Enfin la chambre couple (799 euros), prévue pour deux personnes, dispose d'un couloir privé avec salle de bain et toilettes.

Station F 2

Lieu de vie "cosmopolite"…

Pour obtenir un logement, les entrepreneurs doivent candidater en ligne, via une application conçue par… une start-up de Station F, évidemment. Whoomies a mis en place une sorte de Tinder des colocataires. Les entrepreneurs doivent indiquer quel type de colocation ils souhaitent (plutôt calme ou fêtarde), ainsi que leurs passions et leurs traits de caractère. L'algorithme de Whoomies se charge ensuite de faire "matcher" des profils similaires mais pas non plus identiques, afin que des échanges se créent entre colocataires.

Whhomies

Sur place, l'objectif est ainsi de créer un lieu de vie en dehors de Station F pour les entrepreneurs. Les résidents ont donc accès à des espaces communs : une salle de sport, une épicerie, une laverie, des espaces "lounge" (dont un dans une "soucoupe" en haut d'une des tours) et une salle pour des événements tels que des cours de yoga ou des ateliers de cuisine. 

Ce concept de logement a séduit Marc Prempain. Cet entrepreneur de 27 ans a fondé Viibe, une start-up qui modernise le SAV via le SMS et la vidéo et incubée à Station F depuis 2018. Il n'a pas hésité une seule seconde à quitter son petit studio parisien sous les combles pour ces logements tout neufs. "Ce que j’aime beaucoup, c’est que c’est cosmopolite ! On a une personne qui vient des Pays-Bas dans notre appartement. Donc on parle anglais, c’est tout de suite de l’échange et c’est forcément intéressant", se réjouit Marc Prempain, dont la start-up Viibe est incubée à Station F depuis plus d'un an.

… ou huis clos d'entrepreneurs ?

Pour le jeune homme, cette cohabitation entre entrepreneurs est aussi une opportunité professionnelle. "Dans mon appartement, on a toute une variété de start-up. Ça permet d’échanger et de grandir des expériences des autres, d’éviter les écueils aussi. Peut-être qu’un de mes colocataires a rencontré il y a deux mois dans sa boîte la problématique à laquelle je fais face aujourd’hui. Ça ne peut être que bénéfique", estime Marc Prempain.

À Flatmates, tout est effectivement fait pour garder au maximum l'ambiance de travail de Station F et perdre le moins de temsp possible. Ainsi, la Halle Freyssinet, située dans le 13ème arrondissement, n'est qu'à une vingtaine de minutes à pied des logements. Dix, même, en trottinette électrique puisque l'incubateur a signé un partenariat avec la société Dott : des trottinettes sont mises à disposition des résidents qui ne payent pas les frais d'activation, uniquement les frais de trajet.

Trottinettes

Tout cela fait quand même penser à une bulle, un huis clos d'entrepreneurs qui passent jour et nuit ensemble. "C'est vrai que ça peut donner cette impression", reconnaît Marc Prempain. "Heureusement, j’ai d’autres activités sportives à Paris qui me permettent de penser à autre chose. Et puis les sujets qu’on aborde entre nous sont tellement différents que je n’ai pas l’impression d’être enfermé dans une communauté étanche", évacue-t-il. Pour éviter l'enfermement de ses entrepreneurs, Station F a donc prévu d'ouvrir le jardin central, la salle de sport et surtout l'épicerie - appelée Le Marché Général -, aux habitants du quartier.